NOUVELLES

La police disperse par la force une manifestation d'étudiants à Khartoum

17/06/2012 09:49 EDT | Actualisé 17/08/2012 05:12 EDT

La police anti-émeute soudanaise a fait usage de gaz lacrymogènes et de coups de matraque dimanche à Khartoum pour disperser une manifestation de centaines d'étudiants qui dénonçaient la hausse du coût de la vie, selon un correspondant de l'AFP.

Les étudiants étaient sortis vers midi du campus de l'Université de Khartoum, dans le centre de la capitale, aux cris de "Nous voulons des prix plus bas pour la nourriture".

Mais les policiers, qui les attendaient, ont immédiatement tiré des gaz lacrymogènes et agité leur matraque pour les disperser, avant d'appeler tous les étudiants à évacuer le campus.

Plusieurs heures plus tard, des hommes en civils arrêtaient les voitures dans la rue, tirant ceux qu'ils soupçonnaient d'être impliqués dans la manifestation de leur véhicule pour les passer à tabac, selon le correspondant de l'AFP.

Samedi soir, la police avait déjà dispersé par la force une autre manifestation de centaines d'étudiants contre la hausse des prix des denrées alimentaires, selon des témoins.

Le Soudan, qui a perdu les trois-quarts de ses revenus pétroliers avec la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011, a vu ses réserves de change fondre et sa monnaie s'effondrer.

Dans ce contexte, l'inflation atteint des sommets: 28,5% en avril, +30,4% en mai selon des chiffres officiels. Les denrées alimentaires ne sont pas les plus touchées, mais leurs prix s'envolent aussi. Selon les commerçants, le prix du boeuf a ainsi plus que doublé en un an.

Et la situation devrait empirer: à cours de liquidités, le gouvernement se prépare à abandonner les subventions aux carburants.

L'Université de Khartoum a déjà été fermée pendant deux mois cette année après des affrontements entre policiers et étudiants lors d'un mouvement qui a débuté par une manifestation contre l'augmentation des droits d'inscription.

str/sma/fc/feb

PLUS:afp