NOUVELLES

Israël expulse 120 immigrés clandestins du Soudan du Sud

17/06/2012 02:27 EDT | Actualisé 17/08/2012 05:12 EDT

Les autorités israéliennes s'apprêtaient à rapatrier dimanche en fin de soirée quelque 120 clandestins sud-soudanais, première étape de l'expulsion de plusieurs milliers d'immigrés illégaux africains.

"Cent vingt Sud-Soudanais doivent regagner leur pays ce soir par vol charter direct vers Juba", a déclaré à l'AFP un porte-parole du département de l'immigration du ministère de l'Intérieur.

"Tous ont déjà été dirigés vers l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv et vont partir volontairement", a-t-il souligné. Les immigrés qui ont accepté de quitter Israël ont reçu une prime au départ d'environ 1.000 euros par adulte et 400 euros par enfant.

Le premier vol pour Juba devait décoller en fin de soirée, et un autre vol est prévu la semaine prochaine.

A l'aéroport, Peter Andrew, un Sud-Soudanais qui vivait en Israël depuis plus de 5 ans et arborait un T-shirt proclamant en hébreu "Merci à tous, merci à l'Etat" d'Israël, a affirmé qu'il était "content de rentrer" dans son pays.

Un autre Sud-Soudanais agitait un drapeau de son pays, indépendant depuis juillet 2011.

Le ministre de l'Intérieur, Elie Yishaï, chef du parti ultra-orthodoxe, présent à l'aéroport, a affirmé que la première étape de l'opération de rapatriement était "un succès". "Ce n'est qu'un début, car il faut défendre les intérêts de l'Etat d'Israël", a-t-il ajouté.

Accusé par une partie des commentateurs d'avoir lancé une campagne anti-immigré aux relents racistes, même si la campagne anti-clandestins n'a soulevé que peu de protestations en Israël, M. Yishaï s'est ensuite fait photographier au milieu de Sud-Soudanais souriants.

Selon le ministère de l'Intérieur, les autorités continuaient dimanche leur campagne d'arrestations de clandestins lancée il y a une semaine: plus de 300 immigrés, pour la plupart des Sud-Soudanais, ont été interpellés en vue de leur expulsion et plus de 500 autres ont accepté de partir volontairement.

Le directeur général du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Harel Locker, a annoncé à la radio publique que "seuls 38 étrangers (s'étaient) infiltrés sur le territoire israélien durant le week-end, soit le chiffre le plus bas pour un week-end depuis des années".

"Nous avons fait passer le message qu'il n'y a pas travail en Israël pour les infiltrés", a-t-il estimé.

"Même lorsque nous voulons expulser ceux qui vivent parmi nous, nous devons le faire de façon humaine et conformément aux valeurs du judaïsme", a insisté M. Netanyahu lors du conseil des ministres.

Le gouvernement a décidé d'expulser 1.500 Sud-Soudanais et 2.000 Ivoiriens en situation irrégulière, après avoir reçu le feu vert de la justice.

Selon les statistiques officielles, plus de 60.000 immigrants africains -- venus essentiellement du Soudan, du Soudan du Sud et d'Erythrée -- se sont illégalement installés en Israël. En mai, une manifestation anti-immigrés africains avait dégénéré en violences racistes dans le sud de Tel-Aviv.

Israël érige actuellement une clôture de 250 km le long de la frontière égyptienne pour tenter d'empêcher des infiltrations. Quelque 170 km sont déjà construits et l'ouvrage devrait être achevé d'ici la fin de l'année.

chw-agr-jlr/fc

PLUS:afp