NOUVELLES
17/06/2012 06:42 EDT | Actualisé 17/08/2012 05:12 EDT

Égypte: Les Frères musulmans annoncent la victoire de leur candidat

LE CAIRE, Égypte - Les Frères musulmans ont annoncé dimanche soir la victoire de leur candidat, Mohammed Morsi, à l'élection présidentielle égyptienne, même si le conseil militaire qui dirige le pays depuis la chute d'Hosni Moubarak a publié une constitution provisoire lui octroyant des pouvoirs importants par rapport au nouveau président et lui assurant ainsi la mainmise sur l'État.

Après la dissolution du Parlement et l'entrée en vigueur de la loi martiale, les généraux ont décidé de se déclarer les législateurs du pays, de prendre le contrôle du budget et de se réserver le droit de choisir qui écrira la version finale de la nouvelle constitution qui doit déterminer l'avenir de l'Égypte.

Mais alors qu'ils célébraient la victoire de M. Morsi contre l'ancien premier ministre de Moubarak, Ahmed Shafiq, les Frères musulmans ont remis en question l'autorité du conseil militaire. Le groupe a fait savoir qu'il n'était pas d'accord avec le renvoi des parlementaires, qu'il ne reconnaissait pas la constitution provisoire des généraux ni leur droit de superviser la rédaction de la nouvelle.

Cette déclaration laisse présager une lutte pour le pouvoir entre les deux plus puissantes organisations de l'Égypte. Les Frères musulmans ont fait campagne en promettant de transformer le pays en un État presque islamique, projet contrecarré par le joug du conseil militaire.

Lors d'une conférence de presse organisée tard dimanche soir pour annoncer la victoire de Mohammed Morsi, les représentants du groupe intégriste, qui a été banni pendant des décennies et souvent persécuté par Hosni Moubarak, étaient tout sourire alors que leurs partisans scandaient «fini la loi des militaires».

Prenant la parole depuis le quartier général de sa campagne électorale, M. Morsi a remercié Dieu d'avoir montré le bon chemin au peuple égyptien, celui de la liberté et de la démocratie.

La déclaration des Frères musulmans est basée sur les données fournies par les responsable des centres de dépouillement, où les représentants de chaque parti compilent les chiffres et les rendent publics avant l'annonce des résultats officiels, qui devrait avoir lieu d'ici jeudi.

Le camp d'Ahmed Shafiq a toutefois contesté la victoire revendiquée par les Frères musulmans, affirmant que ceux-ci tentaient de "duper le peuple." Un porte-parole du camp de M. Shafiq a indiqué, sur les ondes de la chaîne indépendante ONTV, que le décompe se poursuivait et qu'à la lumière des résultats obtenus dans 19 des 27 provinces, Ahmed Shafiq possédait une légère avance.

Lors du premier tour de l'élection présidentielle en mai, qui avait permis de faire passer le nombre de candidats de 13 à deux, les résultats partiels de groupe islamiste s'étaient révélés justes.

Selon les Frères musulmans, Mohammed Morsi a récolté 51,8 pour cent des voix contre 48,1 pour cent pour Ahmed Shafiq après le dépouillement de 98 pour cent des quelque 13 000 bureaux de vote égyptiens. Au total, 24,6 millions de bulletins de vote ont été déposés.

PLUS:pc