NOUVELLES

San Suu Kyi affirme que le Nobel de la paix l'a aidée à rompre son isolement

16/06/2012 12:22 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

OSLO - Aung San Suu Kyi a déclaré samedi à Oslo que le prix Nobel de la paix qui lui a été décerné en 1991, alors qu'elle était assignée à résidence par la junte militaire au pouvoir dans son pays, l'avait aidée à rompre son isolement et à mobiliser la communauté internationale autour de son combat pour la démocratie en Birmanie.

L'opposante birmane s'est fait ovationner à deux reprises dans l'hôtel de ville d'Oslo où elle a prononcé, avec 21 ans de retard, son discours d'acceptation devant le comité Nobel, le roi Harald, la reine Sonja et quelque 600 dignitaires.

"Le prix Nobel de la paix m'a ramené dans le monde des autres êtres humains, hors de l'endroit isolé où je vivais, me redonnant un sens de la réalité (...) Et ce qui était plus important, le prix Nobel a attiré l'attention du monde sur la lutte pour la démocratie et les droits de l'Homme en Birmanie. On n'allait pas nous oublier", a-t-elle déclaré au cours d'un discours de 40 minutes.

Elle a par ailleurs demandé aux gouvernements étrangers de ne pas oublier qu'il restait plusieurs centaines de prisonniers politiques en Birmanie. "On peut craindre que parce que les détenus les plus connus ont été libérés, les autres, ceux qu'on ne connaît pas, soient oubliés", a-t-elle affirmé.

La dirigeante de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), députée depuis le 1er avril, effectue son premier voyage en Europe depuis 24 ans, après avoir passé 15 années assignée à résidence à Rangoon, jusqu'à sa libération en novembre 2010.

Après son séjour en Norvège, elle se rendra en Irlande, puis en Grande-Bretagne, où elle a étudié et vécu de longues années avant son retour en Birmanie en 1988. Elle y fêtera ses 67 ans puis achèvera sa tournée européenne en France, du 26 au 29 juin, à l'invitation du président François Hollande.

PLUS:pc