NOUVELLES

Équiterre reproche à Stephen Harper son absence à la conférence de l'ONU de Rio

16/06/2012 07:16 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Des écologistes du Québec reprochent au premier ministre Stephen Harper son absence de la Conférence des Nations unie sur le développement durable qui se déroule jusqu'au 22 juin à Rio de Janeiro au Brésil.

Steven Guilbeault, porte-parole d'Équiterre, souligne que le ministre fédéral de l'Environnement Peter Kent devrait y représenter le Canada. Il y voit la preuve du peu d'importance que le Canada accorde à la protection de l'environnement puisque «plus de 130 pays ont plutôt choisi d'y être représentés par leurs chefs d'État ou de gouvernement». Ce serait le cas notamment du président français Francois Hollande.

Stephen Harper ne sera toutefois pas le seul leader absent de la Conférence puisque ce sera également le cas du président américain Barack Obama, de la chancelière allemande Angela Merkel et du premier ministre britannique David Cameron, notamment.

«On reproche beaucoup de choses au Canada» a dit M. Guilbeault en entrevue à La Presse Canadienne, samedi, juste avant de monter à bord de l'avion depuis l'aéroport Montréal-Trudeau.

«On a abandonné les objectifs de Kyoto et ceux que le gouvernement avait lui-même fixés à Copenhague. Alors, ce n'est pas surprenant que M. Harper cherche à se cacher et éviter d'étaler sur la scène internationale les échecs du Canada en matière de lutte aux changements climatiques.»

L'événement de l'ONU a été baptisé «Rio+20» puisqu'il survient 20 ans après le Sommet de la Terre de Rio, en 1992. Un de ses objectifs est notamment de regarder vers l'avenir pour voir comment protéger l'environnement sur une planète qui est de plus en plus peuplée.

Le premier ministre du Québec Jean Charest participera, dès dimanche, à une série d'événements organisés dans le sillage de ce grand rendez-vous international. Il entend notamment présenter le Plan Nord à titre de modèle de développement durable et «d'outil de transition vers une économie verte».

M. Guilbeault compte assister à cette présentation du premier ministre Charest. Pour le porte-parole d'Équiterre, beaucoup de questions demeurent sans réponses, notamment en ce qui concerne l'encadrement réglementaire du secteur minier.

Il note cependant que M. Charest fera sa présentation avec une grande fondation américaine qui travaille sur la protection de la biodiversité. Cela démontre, selon lui, que le Québec a réussi à obtenir du soutien pour son Plan Nord sur la scène internationale.

«Donc, clairement ils ont réussi à aller chercher des appuis internationaux pour cette stratégie là, mais on va se rendre sur place et on va écouter ce que le gouvernement a à dire.»

Par sa présence sur place, Équiterre souhaite aussi rapprocher les Québécois des enjeux débattus à Rio de Janeiro et des activités qui se déroulent en parallèle, comme le Sommet des peuples.

Par le biais de blogues et de capsules vidéos, l'organisme souhaite démontrer comment on peut mettre la main à la pâte au Canada à partir des résolutions adoptées par les Nations unies durant l'événement.

Sur place, les représentants d'Équiterre doivent aussi présenter des ateliers, dont un portant sur la certification biologique et la façon pour le consommateur de s'y retrouver.

Pour sa part, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, estime que « Rio+20 sera l'une des plus importantes réunions mondiales sur le développement durable de notre temps.»

PLUS:pc