NOUVELLES

Le gouvernement japonais décide le redémarrage de deux réacteurs nucléaires

16/06/2012 06:52 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

TOKYO - En dépit des réticences de l'opinion publique, le gouvernement japonais a annoncé samedi sa décision de remettre en service deux réacteurs nucléaires dans l'ouest du Japon, pour la première fois depuis l'accident de la centrale de Fukushima consécutif au séisme et au tsunami du 11 mars 2011.

"Après l'accord des municipalités locales, les quatre ministres concernés ont décidé, dans le cadre de la décision définitive du gouvernement, de redémarrer les réacteurs 3 et 4 de la centrale d'Ohi", a déclaré le Premier ministre Yoshihiko Noda. Cette décision était attendue. Le chef du gouvernement avait appelé le 8 juin la population à accepter la remise en service des deux réacteurs, affirmant qu'il s'agissait d'une nécessité économique.

D'après leur exploitant Kansai Electric Power, principal fournisseur d'électricité dans la région englobant les villes d'Osaka et Kyoto, le redémarrage du premier réacteur, le 3, et le raccordement au réseau électrique devraient prendre environ trois semaines. Le numéro quatre sera ensuite relancé. Tout le processus est susceptible d'être suspendu si des problèmes de sécurité apparaissent, a assuré le ministre du Commerce et de l'Industrie Yukio Edano.

Il n'y a pour le moment plus de réacteur nucléaire en service au Japon, une première depuis quatre décennies. Le dernier en fonctionnement, celui de la centrale de Tomari dans le nord du pays, a été arrêté le 5 mai pour vérifications et travaux de maintenance.

Avant le tsunami du 11 mars 2011 et l'accident consécutif à la centrale de Fukushima, le plus grave depuis celui de Tchernobyl en 1986, le Japon comptait 50 réacteurs en service. Tous sont actuellement à l'arrêt pour contrôles de sécurité, maintenance programmée ou ont été mis hors service par le tsunami, comme à Fukushima. Le nucléaire, avant le 11 mars 2011, constituait environ 30% de la production d'électricité au Japon.

Le gouvernement invoque les risques de pénurie de courant durant l'été, et ses répercussions sur l'économie et la vie de la population. Il promet de réduire à terme la dépendance du pays au nucléaire.

Des manifestants se sont rassemblés samedi devant le siège du gouvernement à Tokyo pour protester contre la décision de remettre en route les réacteurs d'Ohi. "Ne les relancez pas", "Fukushima, plus jamais", scandaient-ils notamment. AP

ll/v0078

PLUS:pc