NOUVELLES
16/06/2012 05:44 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

Euro-2012 - Pologne: le pari perdu de Franciszek Smuda

Nommé en 2009 à la tête de la sélection polonaise avec un objectif, passer le cap de la phase de poule de l'Euro co-organisé dans son pays, Franciszek Smuda a échoué à relever son plus grand défi samedi, annonçant sa démission dans la foulée de la défaite face à la République Tchèque (1-0).

"C'est la fin à cent pour cent de mon aventure. Mon contrat prend fin après l'Euro-2012. Je remercie les gars", a déclaré Smuda, abattu et nerveux, à la télévision polonaise TVP, quelques minutes après la cruelle élimination de la Pologne par la République Tchèque, devant 40.000 de ses supporteurs à Wroclaw.

Smuda, ponte du football polonais, passé par les plus grands clubs de son pays, aura échouer à concrétiser le rêve de tout un pays, avec pour comble de l'humiliation, une triste quatrième et dernière place du groupe A, terminée sans aucune victoire.

"C'est probablement le match plus important de ma vie", avait-il déclaré avant d'affronter les Tchèques samedi.

A 63 ans, le technicien a donc joué et perdu une grande partie de sa postérité sur trois matches, ceux du groupe A du Championnat d'Europe, co-organisé avec l'Ukraine.

Smuda, nommé en octobre 2009, n'a pas pu capitaliser sur quelques résultats encourageants, dont un 2-2 arraché à l'Allemagne en septembre, qui ont contribué à faire remonter sa cote après des débuts catastrophiques, notamment une humiliation 6 à 0 face à l'Espagne.

Il n'a pas su gérer la pression en énergie positive, et a dû se contenter du nul en match d'ouverture le 8 juin, au Stade national de Varsovie face à la Grèce (1-1).

"Au match d'ouverture contre la Grèce, là, je dois l'admettre, j'ai senti la pression", avait-il d'ailleurs confessé. Son équipe n'a pu faire qu'un nul, sur le même score, devant la Russie.

Cet ancien défenseur, né près de la frontière tchèque, a connu une carrière de joueur mouvementée, ponctuée de passages aux Etats-Unis et en Allemagne.

Il a obtenu ses galons d'entraîneur principalement en Pologne, se faisant connaître en sauvant Stal de la relégation en 1993. Il a ensuite écumé les meilleurs clubs locaux, glanant le titre national en 1996 et 1997 avec le Widzew Lodz puis en 1999 avec le Wisla Cracovie, deux équipes entre lesquelles il fit des allers-retours au gré des saisons.

Odra, Lubin, puis Poznan...avant d'être sollicité pour le poste de sélectionneur national pour ce qui devait être sa plus belle consécration, mais sera sans doute son plus gros regret.

jwf/jmt/grd/sk

PLUS:afp