NOUVELLES

Deux jeunes Québécoises sont trouvées sans vie dans un hôtel en Thaïlande

16/06/2012 07:31 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Deux jeunes Québécoises originaires de Pohénégamouk, dans la région du Bas-Saint-Laurent, ont été retrouvées mortes dans une chambre de l'hôtel Palms Residence de l'île de Phi Phi, en Thaïlande.

Il s'agit d'Audrey Bélanger, 20 ans, et de Noémi Bélanger, 26 ans, a confirmé le cousin de leur père, un employé du Marché Bonichoix de Pohénégamouk, une épicerie qui appartient au père des jeunes femmes, Carl Bélanger.

L'homme interviewé par La Presse Canadienne a indiqué que M. Bélanger et sa femme ont été informés du drame alors qu'ils se trouvaient à Québec pour visiter leur fille aînée.

«Leur père allait voir sa plus vieille à Québec. Il a reçu un téléphone lui disant que les deux autres étaient parties», a-t-il raconté.

Les trois filles de la famille Bélanger étudiaient à Québec, mais Audrey et Noémi travaillaient toutes les deux au commerce familial, comme le fait leur oncle depuis 30 ans.

Les quelque 3000 habitants de la petite ville de Pohénégamouk sont sous le choc, a raconté l'employé de Bonichoix. «On se connaît tous.»

Les corps des deux soeurs ont été transportés de Phi Phi vers l'hôpital de la ville de Krabi, sur la rive de la mer d'Andaman.

Jointe par La Presse Canadienne, une infirmière de la salle d'urgence de l'établissement a épelé les noms des jeunes femmes, confirmant, une lettre à la fois, leur présence dans l'établissement.

Elle a expliqué qu'un médecin les avait examinées, mais qu'il n'avait pas remarqué d'anomalies sur leurs corps, et qu'une autopsie serait nécessaire.

«Il les a regardées, mais tout semblait normal», a-t-elle dit en anglais.

Sur la page Facebook de la jeune Noémi, des messages envoyés il y a moins d'un mois pour lui souhaiter de faire un bon voyage ont commencé à faire place aux condoléances, samedi.

«Bon voyage à ta soeur et toi! Quel beau trip! Enjoy...savoure....xxxx», a écrit une amie le 17 mai dernier.

«Bon voyage Noémi je te souhaite plein de beaux moments avec ta soeur et surtout faîtes attention à vous. xxx», a lancé une autre.

Mais samedi, le ton a changé.

«Grand-père, prends-en soin svp! Je vous aime les cousines!! xxxxx», lit-on un peu plus haut sur la page Facebook.

Le ministère canadien des Affaires étrangères a confirmé les décès, mais il n'a toujours pas précisé l'identité des victimes. Il a indiqué que les représentants consulaires canadiens en Thaïlande étaient en contact avec les autorités locales.

Un porte-parole de la police locale a déclaré qu'aucun signe de violence n'a été constaté sur les lieux. Des autopsies seront pratiquées pour déterminer la cause des décès. La thèse de l’empoisonnement n’est pas écarté puisque des traces de vomissures ont été décelées dans la chambre.

Les deux jeunes femmes seraient arrivées dans la région mardi. Selon ce qu'a raconté un policier à un site Internel local, Phuketwan.com, les deux soeurs auraient eu l'intention de demeurer à l'endroit une seule nuit mais auraient demandé de prolonger leur séjour d'une autre nuit, le lendemain. Leur chambre était située au rez-de-chaussée.

Leur mort pourrait remonter à jeudi. Selon le Phuketwam.com, une femme de ménage aurait frappé à leur porte cette journée-là mais elles n'ont pas répondu. Ce n'est que le lendemain qu'on a ouvert la porte avec l'aide d'un passe-partout.

L'île Phi Phi est située dans un petit archipel touristique de Thaïlande, dans la mer d'Andaman.

PLUS:pc