NOUVELLES
16/06/2012 02:22 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

Des combattants d'al-Qaïda commencent à quitter Azzan au Yémen

Des combattants d'al-Qaïda ont commencé samedi à quitter leurs positions dans la ville d'Azzan, un de leurs derniers bastions dans le sud du Yémen, ont indiqué des témoins, tandis que le gouvernement appelait les tribus locales à ne pas aider les activistes dans leur fuite.

Des membres du groupe des Partisans de la Charia, affilié à al-Qaïda, "ont commencé à partir, et il semble s'agir d'un redéploiment", a indiqué un témoin à Azzan, dans la province de Chabwa.

De nombreux combattants d'Al-Qaïda avaient trouvé refuge à Azzan après avoir battu en retraite à Jaar, Zinjibar et Chuqra, trois de leurs bastions reconquis cette semaine par l'armée dans la province d'Abyane, à l'issue de cinq semaines d'offensive contre le réseau extrémiste.

Un chef tribal a indiqué à l'AFP que le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi avait envoyé aux tribus d'Azzan et des alentours un message sévère les invitant à "coopérer avec l'armée dans la campagne contre al-Qaïda, et à ne pas donner refuge ou dissimuler des activistes".

Le président a averti les tribus qu'il n'y aurait pas de "retour en arrière" après la décision "internationale" de pourchasser les combattants d'al-Qaïda au Yémen.

Des témoins à Azzan ont indiqué qu'un tract attribué aux insurgés indiquait que les combattants "négociaient pour rendre Azzan de façon pacifique".

Selon ce tract, les combattants d'al-Qaïda "abandonnent leurs efforts en vue d'établir un émirat islamique" dans cette zone du sud de la péninsule arabique et quittent le Yémen pour se consacrer au jihad, ou guerre sainte, à l'étranger.

"Les Partisans de la Charia se préparent à quitter le Yémen, conformément à la volonté de (feu le fondateur d'al-Qaïda) cheikh Oussama ben Laden d'attaquer les intérêts américains, croisés et de tous ceux qui coopèrent avec eux", indique le tract, selon les témoins.

Les Etats-Unis ont félicité samedi le Yémen pour avoir repris le contrôle de bastions d'al-Qaïda dans le Sud après une lutte acharnée des troupes et de supplétifs.

Al-Qaïda avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh en 2011 pour gagner du terrain dans le sud du pays.

L'armée a lancé une offensive le 12 mai, et 567 personnes sont mortes au cours de cette campagne selon un bilan compilé par l'AFP à partir de différentes sources: 429 activistes d'al-Qaïda, 78 soldats, 26 supplétifs de l'armée et 34 civils.

str-mou/ak/cnp/cco

PLUS:afp