NOUVELLES

Damas dit comprendre la décision des observateurs de l'Onu de suspendre leur mission

16/06/2012 10:23 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

Le ministère syrien des Affaires étrangères a affirmé samedi "comprendre" la décision du chef des observateurs de l'ONU en Syrie de suspendre leurs activités, rejetant à nouveau la responsabilité des violences sur des "groupes terroristes".

"Le ministère comprend les décisions prises par le général Robert Mood, particulièrement celles qui ont trait à la préservation de la sécurité des observateurs", indique un communiqué publié par l'agence officielle Sana.

Le chef des observateurs déployés en Syrie par l'ONU pour faire appliquer un cessez-le-feu continuellement ignoré, le général Robert Mood, a annoncé samedi "la suspension" de leur mission en raison de l'"intensification de la violence".

Le ministère affirme avoir été "notifié" dès vendredi soir par le général Mood de sa décision d'"alléger temporairement le travail des observateurs en raison de ce qu'il a appelé l'escalade de la violence les visant".

"Les groupes terroristes armés ont intensifié leurs opérations criminelles, visant notamment les observateurs de l'ONU et menaçant leurs vies", depuis que la Syrie a ratifié le plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan, qui prévoit notamment une trêve, poursuit le communiqué.

Le ministère accuse en outre des parties arabes et internationales de "fournir aux terroristes des armes sophistiquées et des moyens de communication pour les aider à commettre leurs crimes et à défier les Nations unies".

Les autorités syriennes, qui ne reconnaissent pas l'ampleur de la contestation lancée mi-mars 2011, attribue les violences à des "terroristes".

La France a indiqué vendredi qu'elle envisageait de fournir aux opposants syriens des moyens de communication, tandis que des sources concordantes à Washington indiquent que les Etats-Unis fournissent à "l'opposition pacifique" des moyens de communication notamment destinés à répertorier "les atrocités" commises dans le pays.

rm/cnp

PLUS:afp