NOUVELLES

Au moins 26 morts en Syrie, un millier de familles bloquées à Homs (ONG)

16/06/2012 08:45 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

Au moins 26 personnes ont péri dans les violences samedi en Syrie alors que plus d'un millier de familles étaient prises au piège à Homs pilonnée par les troupes du régime, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood, a annoncé "la suspension" de leur mission en raison de l'"intensification de la violence" dans ce pays secoué depuis 15 mois par une révolte populaire qui s'est militarisée face à la répression du régime.

Sept civils, dont trois femmes, ont été tués avant l'aube dans la ville de Douma, à 13 km au nord-est de Damas, par des obus tirés par les forces du régime, a indiqué l'ONG.

Dans la même province, un couple et leur enfant ont péri dans la chute d'une roquette sur leur maison à Irbine, un civil a été tué à un barrage militaire à Tal, un étudiant a été mortellement blessé par des tirs à Achrafiat-Sahnaya, deux civils ont péri à Kafarbatna, et une femme à Mouadamyat al-Cham.

A Homs (centre), un bastion de la contestation et cible de bombardements violents, cinq civils ont péri dans les quartiers de Khaldiyé, Bab Tadmor et Jouret al-Chiyah, a ajouté l'OSDH dans un communiqué.

L'ONG a exhorté le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à "intervenir immédiatement pour faire arrêter les bombardements incessants sur les quartiers de Homs afin d'évacuer plus de 1.000 familles encerclées, comprenant des enfants et des femmes".

Les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, ont eux aussi fait état de "fortes explosions secouant le quartier de Hamidiyé et le marché à Homs, où les forces de sécurité tiraient à la mitrailleuse lourde sur les magasins".

Vendredi, la France a exprimé sa "vive préoccupation" après des informations faisant état d'une opération imminente militaire contre Homs.

Dans les quartiers de Mazzé et de Kafar Soussé à Damas, plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées samedi, selon l'OSDH, qui a évoqué des explosions et des tirs pendant les perquisitions dans ces deux quartiers organisant régulièrement des manifestations contre le régime.

Dans la province de Deraa (sud), deux rebelles ont péri dans des combats contre les soldats à Khabab, ajoute l'OSDH.

Des combats similaires se sont déroulés dans la nuit à Qodsaya, près de Damas et dans un quartier de la ville côtière de Lattaquié (nord-ouest), alors que les troupes du régime ont bombardé d'autres régions, en particulier la province de Hama (centre).

Parallèlement, quatre soldats de l'armée régulière ont péri, trois dans des combats à Homs et un dans une explosion dans la zone industrielle à Damas.

Des militants de l'opposition ont lancé un "appel au secours" pour Douma sur la page Facebook "Syrian Revolution 2011". "Hôpitaux, mosquées et maisons ne sont pas épargnés par le pilonnage qui a fait ces deux derniers jours plus de 20 morts et de 500 blessés", ont-ils écrit appelant les observateurs à s'y rendre immédiatement, avant l'annonce de la suspension de la mission onusienne.

"Sauvez-nous aujourd'hui des mains de ce régime assassin ou bien préparez-vous à nous enterrer demain, comme ce qui s'est passé dans plus d'une ville" en Syrie, ont-ils affirmé encore.

Vendredi, la répression et les combats avaient fait au moins 54 morts, selon l'OSDH.

rm/tp

PLUS:afp