NOUVELLES

Wall Street en nette hausse, pariant sur une action des banques centrales

15/06/2012 05:00 EDT | Actualisé 15/08/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a terminé en nette hausse vendredi, pariant sur une intervention des banques centrales en cas de résultats électoraux défavorables au maintien de la Grèce dans la zone euro: le Dow Jones a gagné 0,91% et le Nasdaq 1,29%.

Selon des résultats provisoires à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a gagné 115,26 points à 12.767,17 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 36,47 points à 2.872,80 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est apprécié de 1,02% (+13,74 points) à 1.342,84 points.

Nettement dans le vert dès l'ouverture, les grands indices de Wall Street ont suivi la tendance haussière de la plupart des Bourses européennes, portées par l'espoir d'une intervention concertée des grandes banques centrales mondiales après les élections législatives en Grèce dimanche, dont le résultat est crucial pour le maintien du pays dans la zone euro.

"Le marché est resté soutenu par l'idée un brin perverse que quoiqu'il advienne dimanche soir (en Grèce), ce sera une bonne nouvelle. Ou le plan d'austérité continue et les Grecs restent dans l'euro, ou ils décident de s'en aller, et les banques centrales se devront d'intervenir en mettant tout leur poids dans la balance", en procédant notamment à des émissions de liquidités pour stimuler l'économie, a relevé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

Comme le résume Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital, le marché résiste car il croit "à une action protectrice des banques centrales contre les effets +à la Lehman Brothers+" d'une sortie potentielle de la Grèce de l'euro, a-t-il indiqué, se référant à la faillite le 15 septembre 2008 d'une grande banque américaine qui avait déclenché la plus grave crise financière depuis 1929.

Des statistiques économiques américaines mitigées, publiées dans la matinée, dont un léger repli de la production industrielle américaine en mai, confortaient par ailleurs l'hypothèse d'une intervention prochaine de la banque centrale américaine (Fed), selon les analystes.

"Nous estimons que les conditions économiques et financières ont atteint un niveau de détérioration suffisant pour encourager la Fed à accentuer son action de stimulation (de l'économie) au cours de sa prochaine réunion de politique monétaire mercredi", ont indiqué les experts de Barclays Economic Research.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans baissait à 1,587% contre 1,611% jeudi, et celui à 30 ans à 2,694% contre 2,708%.

ppa/sl/gde

PLUS:afp