NOUVELLES

Syrie: Paris envisage de fournir des moyens de communication à l'opposition

15/06/2012 09:05 EDT | Actualisé 15/08/2012 05:12 EDT

La France envisage de fournir aux opposants syriens des moyens de communication qui les aideraient à prendre le dessus sur les forces du régime de Bachar al-Assad, a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Outre les efforts diplomatiques, une autre issue au conflit serait "une victoire claire et nette de l'opposition", a-t-il dit sur la radio France Inter.

"L'autre idée, c'est qu'il y ait une victoire claire et nette de l'opposition sur le terrain. Cela passe par des combats extrêmement durs, extrêmement violents", a-t-il jugé.

"C'est pourquoi, il y a à la fois la démarche de Kofi Annan et il est envisagé, les Américains l'ont fait, peut-être nous le ferons, de donner non pas des armes mais des moyens de communication supplémentaires" à l'opposition, a-t-il annoncé.

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi soir qu'ils fournissaient à "l'opposition pacifique" en Syrie des moyens de communication, incluant notamment des téléphones satellitaires disposant de GPS.

C'est la première fois qu'un responsable français semble envisager publiquement une éventuelle aide matérielle à la rébellion contre le régime de Damas.

Le porte-parole du ministère Bernard Valero, interrogé lors d'un point de presse, a évoqué la fourniture de moyens de télécommunications à la seule population civile.

"Face aux crimes qui sont commis quotidiennement par Bachar al-Assad, les victimes de la répression, les populations des différents quartiers et des différentes villes de Syrie qui sont assiégés ont besoin de communiquer entre elles et ont besoin de communiquer vers l'extérieur", de "témoigner de ce qu'elles subissent", a commenté le porte-parole.

"Il importe que le monde soit informé des horreurs qui se déroulent en Syrie. Rien ne serait pire qu'un massacre à huis clos", a-t-il ajouté.

Le porte-parole a aussi précisé que la question d'une éventuelle livraison de moyens de communications à l'opposition syrienne est également discutée "avec (les) partenaires européens" de la France.

Le ministre français a par ailleurs estimé que la rébellion gagne des soutiens dans la population syrienne. "Les indications que nous avons montrent que des groupes entiers très importants de la population qui, au départ n'étaient pas nécessairement hostiles à Bachar, le deviennent maintenant", a-t-il dit.

hr-nou/nou/hba

PLUS:afp