NOUVELLES

Syrie: 34 morts, des dizaines de blessés à Homs sans soins (militants)

15/06/2012 01:59 EDT | Actualisé 15/08/2012 05:12 EDT

Trente-quatre personnes dont quatre manifestants ont été tuées vendredi en Syrie alors que les bombardements se poursuivaient notamment sur la ville de Homs où des dizaines de blessés sont privés de soins en l'absence de personnel spécialisé, selon une ONG syrienne.

Dans la région de Deraa, berceau de la contestation dans le sud du pays, huit civils ont péri dans l'explosion d'une roquette devant une mosquée dans la ville de Bosra al-Cham, et un civil a péri sous les tirs des forces de sécurité dans la localité de Namer.

Comme chaque vendredi depuis le début de la contestation il y a 15 mois, les militants anti-régime ont appelé à des manifestations massives, cette fois-ci sous le slogan "Toujours prêts à la forte mobilisation", pour signifier que la révolte ne s'essouflait pas.

Quatre manifestants ont été tués dans la ville d'Alep (nord), deuxième ville de Syrie, selon l'OSDH qui fait état également de plusieurs blessés lors de manifestations dans la région d'Alep.

Toujours dans la région d'Alep, un civil a été tué alors que de violents combats opposaient à la périphérie d'Andane les rebelles aux forces régulières qui tentent de prendre la ville.

Des dizaines de manifestations se sont déroulées également dans les régions de Deir Ezzor (est) et de Damas, selon l'OSDH et des militants.

A Damas et dans ses environs, cinq civils ont péri, dont un tué par un tireur embusqué dans le quartier de Harasta, selon l'OSDH, et une charge a explosé dans le quartier Midane à Damas.

Dans la province de Homs (centre), six civils ont été tués par des bombardements de l'armée, dont une fillette à Ghajar, et quatre autre personnes à Homs même.

L'OSDH a lancé un appel à la Croix-Rouge et au Croissant-Rouge pour envoyer des équipes médicales d'urgence à la ville de Homs "pour soigner et évacuer des dizaines de blessés dont certains grièvement touchés par les bombardements continus sur la ville, surtout dans le quartier de Khaldiyé".

Outre le manque de personnel médical dans la ville, l'OSDH parle également de pénurie d'eau et d'électricité dans les quartiers bombardés et assiégés.

Plus au nord, dans la province d'Idleb, près de la frontière turque, deux civils ont été tués, l'un dans l'explosion d'une roquette sur sa maison et l'autre par l'explosion de sa voiture, toujours selon l'ONG.

Et à Haffé, dans la province côtière de Lattaquié, reprise mercredi par les forces du régime à l'issue d'une semaine de bombardements meurtriers, deux civils ont été tués.

En outre, six soldats de l'armée régulière ont trouvé la mort dans des affrontements avec les rebelles dans les provinces d'Alep et Homs.

Les Comités locaux de coordination, (LCC) qui organisent la mobilisation sur le terrain, ont mis en ligne des vidéos montrant des manifestations hostiles à la Russie, allié indéfectible du régime de Bachar al-Assad.

"Mort à la Russie", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par les manifestants à Idleb (nord-ouest) qui scandaient des slogans anti-régime.

Des centaines de protestataires dans la ville de Hama (centre), dénonçaient également le soutien de Moscou au régime de Damas.

Jeudi, au moins 84 personnes -- 48 civils (dont certains combattants), 22 soldats et 14 déserteurs -- ont été tuées dans les violences à travers le pays, selon l'OSDH.

rm-am/cnp/feb

PLUS:afp