NOUVELLES

NBA/Finale - Serge Ibaka, l'intimidateur en chef d'Oklahoma City

15/06/2012 04:43 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Trois saisons après être arrivé en NBA sans connaître un mot d'anglais, le Congolais Serge Ibaka est devenu à seulement 22 ans l'intimidateur en chef d'une équipe d'Oklahoma City qui fait pour l'instant jeu égal avec Miami en finale NBA (1v-1d).

+OKC+ a eu beau s'incliner jeudi dans le match N.2 dans une rencontre que Miami a mené de bout en bout mais a gagné de justesse (100-96), Ibaka a réalisé cinq contres, trois sur LeBron James, un sur Dwyane Wade et un sur Chris Bosh, les membres du +Big Three+, grâce à des envolées spectaculaires.

La trajectoire de ce natif de la République démocratique du Congo a tout du scénario hollywoodien. A 16 ans, ce fils de deux internationaux de basket-ball, son père pour le Congo-Brazzaville et sa mère pour la RDC, a quitté un pays déchiré par la guerre civile pour rejoindre la France.

"C'était pour les études et pour le basket, rien à voir avec la situation du pays", assure-t-il aujourd'hui.

Après s'être fait remarquer par un agent lors d'un tournoi juniors continental en Afrique du Sud dont il a fini meilleur joueur, il a atterri en effet à Prissé-Mâcon, un club français en Nationale 2, dans de la famille.

"C'était un commencement, se souvient-il. Une petite ville, un club familial. Tout le monde me disait: +Qu'est ce que tu es grand !+ (2,08 m). J'étais bien intégré, à l'aise. Mais je n'avais jamais eu aussi froid de ma vie, j'avais dû m'acheter des manteaux en arrivant..."

Mais des problèmes de papiers l'empêchent de jouer en match officiel en France et il prend vite la direction de l'Espagne.

Deux saisons à L'Hospitalet suffisent à attirer l'attention de scouts NBA sur ce grand gaillard au physique hors norme, à la détente verticale impressionnante et doté d'un talent inné pour le contre.

Oklahoma City le repère et le drafte en 2008 mais le laisse jouer une saison de plus en Espagne, à Manresa, un autre club de Catalogne.

Ses trois années en Espagne lui permettront d'ailleurs d'obtenir un passeport pour jouer l'Euro-2011 avec la +Roja+. En attendant les JO-2012.

+OKC+ fait appel à lui en 2009. A 19 ans, c'est le grand saut vers l'inconnu et les plaines de l'Oklahoma. La petite capitale de l'Etat est paisible...

"C'est tranquille ici, il n'y pas trop de choses à faire mais les gens sont sympas et les fans sont fous de nous, assure Ibaka. De toute façon on est là pour bosser. Car on sait qu'on est jeune et qu'on a du talent mais ce qui nous a vraiment fait avancer, c'est le fait de travailler dur."

Encore perfectible au niveau basket, dépourvu de possibilité de communiquer en anglais, il s'accroche lors de sa première saison NBA (6,4 points, 5,3 rebonds et 1,3 contre par match) dans une équipe portée offensivement par Kevin Durant et Russell Westbrook, des joueurs à peine plus âgés que lui.

Les efforts payent rapidement et trois saisons seulement après son arrivée au Thunder, le féroce et solide Ibaka a fini la saison régulière 2011-2012 comme meilleur contreur de NBA (3,7 par match, contre 1,3 lors de sa première saison) et a été désigné dans le meilleur cinq défensif de la Ligue. Une reconnaissance rarissime pour un jeune homme de 22 ans, surtout un intérieur.

A 22 ans, le Congolais polyglotte (anglais, espagnol, français et lingala) a tout l'avenir devant lui et il prévient: "Ce n'est que le début".

bpe/jgu

PLUS:afp