NOUVELLES

Les ventes des fabricants ont diminué de 0,8% en avril, à 49,1 milliards $

15/06/2012 09:09 EDT | Actualisé 15/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - La production des fabricants canadiens a baissé pour la troisième fois en quatre mois en avril, autre signe que le ralentissement économique mondial commence à toucher l'économie nationale.

Statistique Canada a indiqué vendredi que les ventes des fabricants avaient reculé de 0,8 pour cent pour atteindre 49,1 milliards $ en avril, annulant partiellement les gains réalisés en mars.

Les analystes, qui s'attendaient à une légère hausse, ont jugé que ces chiffres laissent entendre que le deuxième trimestre de 2012 avait connu un départ difficile après un gain plus faible que prévu de 1,9 pour cent dans les trois premiers mois de l'année.

C'est au Québec qu'a été enregistrée la plus forte baisse en dollars. Les ventes des fabricants dans la province ont en effet chuté de 3,8 pour cent pour s'établir à 11,3 milliards $ après deux mois consécutifs d'augmentation.

Selon Statistique Canada, ce recul s'explique en grande partie par la baisse de 45,6 pour cent de la production dans l'industrie des pièces et produits aérospatiaux.

Les autres indicateurs économiques n'affichaient pas des résultats plus réjouissants, le taux de nouvelles commandes ayant baissé de 3,2 pour cent et celui des commandes en carnet étant demeuré stable.

«Cela ne présage rien de bon pour la croissance économique en général», a affirmé Dina Ignjatovic, économiste pour la Banque TD. «Et les fabricants vont continuer à affronter beaucoup d'obstacles à court terme alors que l'activité économique dans le monde ralentit, que la confiance commence à faiblir et que le dollar canadien reste fort.»

Les prévisions de taux de croissance pour 2012 divisent les analystes. Plus tôt cette semaine, la Banque Royale a indiqué qu'elle espérait toujours que les décideurs préviennent une crise financière en Europe, ce qui permettrait à l'économie canadienne de croître de 2,6 pour cent pour l'année.

Mais l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) estime que, même sans crise européenne, une croissance de 2,2 pour cent au Canada serait excellente compte tenu de la faiblesse des économies partout sur la planète.

Enfin, certains analystes croient que le Canada serait chanceux d'atteindre les deux pour cent.

Pour le deuxième trimestre, l'analyste de la Banque CIBC Emanuella Enenajor a fait remarquer qu'il faudrait attendre que d'autres données importantes, comme celles sur les ventes en gros et le commerce de détail, soient confirmées avant d'avoir un portrait complet de la situation pour avril.

Elle a toutefois reconnu que les chiffres du secteur manufacturier sous-entendaient que le mois d'avril n'avait pas donné lieu à la remontée espérée par plusieurs après les résultats décevants des trois premiers mois de 2012.

Dans les récentes semaines, les données économiques canadiennes se sont révélées négatives ou stables, notamment en ce qui concerne la création d'emploi.

C'est aussi le cas aux États-Unis, où la production d'ensemble a baissé de 0,1 pour cent en mai alors qu'elle a reculé de 0,4 pour cent dans le secteur manufacturier et de 1,5 pour cent dans l'industrie automobile.

PLUS:pc