NOUVELLES

Le Paraguay envoie l'armer pour résoudre une dispute territoriale

15/06/2012 08:44 EDT | Actualisé 15/08/2012 05:12 EDT

ASUNCION, Paraguay - Le Paraguay a déployé l'armée, vendredi, pour résoudre une violente dispute territoriale dans une réserve forestière reculée du nord, où 17 personnes ont été tuées lors de fusillades entre la police et des fermiers sans terre.

Les heurts se sont produits alors que la police tentait d'expulser environ 150 fermiers de la réserve, qui fait partie d'un immense domaine appartenant à un politicien du Parti Colorado opposé au président de gauche Fernando Lugo. Parmi les sept policiers tués se trouvait le frère du chef de la sécurité militaire de M. Lugo. Dix fermiers ont également perdu la vie, alors que 27 autres policiers ont été blessés tandis que les autorités poursuivaient les combats dans la forêt, à quelques 300 kilomètres au nord de la capitale Asuncion.

Les fermiers ont fini par se disperser, et la police a pris le contrôle de la réserve, a indiqué Gregorio Almada, le ministre adjoint à la sécurité du ministère de l'Intérieur.

Le président Lugo a suspendu ses activités et appelé à une réunion du cabinet. Il a dit que l'armée avait son appui pour mettre fin à la violence et nié tout lien avec l'Armée populaire paraguayenne, un petit groupe de guérilla de gauche qui a attaqué des postes de police ruraux dans le nord du pays.

Il s'agit de l'une des plus violentes disputes territoriales depuis des décennies dans cette nation sud-américaine habituellement paisible.

La réserve de 2000 hectare fait partie d'un vaste ranch appartenant à Blas Riquelme. Selon le fils de celui-ci, la forêt a été transformée en réserve il y a 20 ans, mais des fermiers ont voulu l'occuper depuis l'an dernier.

Des militants en faveurs des fermiers pauvres affirment toutefois que M. Riquelme a acquis ces terres de l'État il y a des décennies, et que celles-ci auraient dû être utilisées dans le cadre d'une réforme agraire. Le Paraguay est le quatrième plus important fournisseur de graine de soya, et les disputes territoriales se sont multipliées au cours des dernières années, alors que les fermiers cherchent davantage de terres pour cultiver le principal produit d'exportation national.

Le président Lugo a remporté ses élections de 2008 en partie grâce à une promesse d'instaurer une réforme agraire qui bénéficierait à 87 000 familles agricoles paraguayennes, bien qu'il n'ait pas été en mesure de compléter cette réforme, alors que son mandat se termine. Les problèmes sont ainsi plus frustrants que jamais.

«M. Lugo ne peut pas régler un grave problème social: la récupération de terres nationales saisies il y a des décennies par des personnes comme M. Riquelme qui ne sont pas soumis à la réforme agraire», a déclaré Jose Rodriguez, un conseiller pour les groupes de sans-terre.

«Nous vivons une situation sérieuse et celle-ci ne fera qu'empirer parce que les pauvres ont besoin de terres, a ajouté M. Rodriguez. Nos gens qui résistent à l'attaque de la police n'ont que des fusils de calibre .22; ils n'ont pas de formation militaire, ou d'armes pour mener une guerre.»

PLUS:pc