NOUVELLES

L'armée yéménite reprend un troisième bastion d'Al-Qaïda dans le Sud

15/06/2012 04:02 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

L'armée yéménite contrôle désormais presque entièrement la province d'Abyane après avoir repris vendredi un troisième bastion d'Al-Qaïda en l'espace de quelques jours dans le sud du pays, ont annoncé des sources militaires et locales.

"L'armée a pris le contrôle de la ville de Chuqra", a affirmé à l'AFP un responsable militaire, précisant que les soldats avaient "pris position dans le centre" de cette localité côtière.

Un responsable local a affirmé à l'AFP que les combattants d'Al-Qaïda avaient fui après que l'armée eut "resserré l'étau autour de la ville", qui était le dernier bastion important d'Al-Qaïda dans la province.

Ce responsable a évoqué un bilan de 27 combattants d'Al-Qaïda tués jeudi soir. Dans la journée, les combats avaient déjà fait 48 morts: 40 islamistes, six civils tués "par erreur" dans un bombardement aérien et deux soldats, selon les médias officiels.

Les combattants des "Partisans de la Charia", nom sous lequel opère Al-Qaïda dans le sud du Yémen, s'étaient retranchés à Chuqra après la reconquête mardi par l'armée de deux autres villes voisines de la province d'Abyane, Zinjibar et Jaar.

L'armée a lancé le 12 mai une vaste offensive contre le réseau et, avec la chute de Chuqra, elle contrôle désormais la quasi-totalité de cette province du sud du Yémen, à l'exception d'al-Mahfad, une petite ville proche dans la province de Chabwa, un autre fief d'Al-Qaïda.

Le ministère de la Défense a confirmé la prise de la ville sur son site internet, précisant que plusieurs brigades de l'armée, ainsi que des membres de la Garde républicaine et des supplétifs locaux avaient participé à la bataille.

"Les terroristes ont reçu des coups durs", a assuré le général Mohammed Labuza, membre de l'état-major, ajoutant que l'aviation "s'occupait des éléments criminels en fuite".

Selon l'agence officielle yéménite Saba, l'aviation a lancé au total une centaine de raids contre les militants retranchés dans Chuqra.

Des centaines de soldats et de supplétifs ont établi des postes de contrôle dans la ville, où ils ont été accueillis par des chants et des tirs de joie, selon un habitant, Ali al-Abyani, joint par téléphone.

"Maintenant nos problèmes sont terminés. Les extrémistes étaient la cause de tous les soucis", a-t-il déclaré.

Selon le responsable local, les combattants du réseau qui ont fui Chuqra se sont dirigés vers Azzan, un de leurs fiefs dans la province de Chabwa, à quelque 110 km plus au nord.

Des témoins ont fait état de raids aériens contre le mont Saqab, entre les localités de Rawda et Hawta, également bastions d'Al-Qaïda proches de Azzan. Les combattants ont des repaires dans les montagnes de la région, selon les témoins.

Dans la province de Chabwa, l'armée a tué plusieurs combattants d'Al-Qaïda dans des affrontements jeudi soir à un poste de contrôle récemment mis en place le long de l'unique gazoduc d'exportation du pays, cible d'attaques fréquentes.

Les échanges de tirs ont duré trois heures et fait plusieurs morts du côté des agresseurs, selon un responsable militaire, tandis qu'un témoin à Azzan a déclaré que l'hôpital avait reçu les corps de 15 activistes ainsi que sept blessés.

En un peu plus d'un mois, l'offensive de l'armée dans le Sud a fait 567 morts, selon un bilan compilé par l'AFP à partir de différentes sources: 429 membres d'Al-Qaïda, 78 soldats, 26 supplétifs de l'armée et 34 civils.

Al-Qaïda avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh en 2011 pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du Yémen.

Le successeur de M. Saleh, Abd Rabbo Mansour Hadi, s'est engagé depuis son élection en février à combattre Al-Qaïda.

D'autre part, huit personnes ont été blessées dans des affrontements ayant opposé vendredi l'armée à des combattants séparatistes dans le chef-lieu du Sud du Yémen, Aden, lorsque les troupes ont évacué des protestataires qui campaient depuis un an dans la ville, a indiqué un dirigeant local.

str-ak/fc-feb/cnp

PLUS:afp