NOUVELLES

La menace d'élections estivales augmente en Ontario

15/06/2012 05:40 EDT | Actualisé 15/08/2012 05:12 EDT

TORONTO - La menace d'élections estivales commence à se préciser en Ontario, où les trois principaux partis s'accusent mutuellement de chercher à provoquer un vote dont, disent-ils, personne ne veut.

Le premier ministre Dalton McGuinty a prévenu que la tenue prochaine d'élections, moins d'un an après les précédentes, mettrait en péril la fragile relance économique de la province.

Les problèmes ont commencé jeudi, quand le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique se sont unis pour faire tomber certaines portions du budget libéral, dont celles qui prévoyaient une privatisation de services gouvernementaux.

M. McGuinty a reproché aux partis d'opposition d'avoir éviscéré son budget et prévenu qu'il convoquera des élections plutôt que de voter sur un budget qui a été aussi profondément altéré par les conservateurs et les néo-démocrates.

Le gouvernement libéral minoritaire avait accepté plusieurs demandes du NPD, notamment en ce qui à trait à la loi contre l'intimidation et à la création d'un nouvel impôt pour les Ontariens les mieux nantis, pour s'assurer de l'appui du parti à son budget. M. McGuinty a accusé la chef néo-démocrate Andrea Horwath d'avoir trahi sa parole, ce à quoi cette dernière a répliqué que le premier ministre savait que sa formation demanderait d'autres modifications au budget.

Le NPD s'oppose notamment à la modernisation prévue de l'arbitrage en cas de conflit de travail et aux changements proposés aux protections environnementales.

Les conservateurs ont indiqué depuis le début qu'ils entendent voter contre le budget, et le chef Tim Hudak a qualifié de «roman savon» la querelle entre le NPD et le gouvernement libéral. Il a prédit que les néo-démocrates voteront ultimement en faveur du budget.

Le gouvernement libéral n'a besoin du vote que d'un seul député de l'opposition pour faire adopter son budget.

PLUS:pc