NOUVELLES

Wall Street sans direction, résistante malgré les mauvaises nouvelles

14/06/2012 10:04 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Wall Street évoluait sans direction jeudi peu après l'ouverture, résistante en dépit du malaise croissant des courtiers à l'égard de la crise en Europe et de statistiques économiques mitigées aux Etats-Unis: le Dow Jones prenait 0,08% tandis que le Nasdaq cédait 0,32%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average prenait 9,99 points, à 12.506,37 points, tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, abandonnait 8,96 points à 2.809,65 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 était stable (+0,05 point) à 1.314,93 points.

La Bourse de New York avait terminé en baisse mercredi, dans un marché sans grande inspiration dans l'attente du scrutin crucial en Grèce dimanche.

"Le marché reste presque stable en dépit du malaise persistant face à la crise de la dette en Europe et alors que des indicateurs économiques décevants ont été publiés aux Etats-Unis" dans la matinée, ont constaté les experts de Charles Schwab.

En effet, si les prix à la consommation ont baissé aux Etats-Unis en mai pour la première fois en deux ans, aidés par une chute des coûts de l'énergie, ce qui était favorablement accueilli par le marché, la hausse surprise début juin des nouvelles inscriptions au chômage confirmait que la conjoncture sur le marché de l'emploi cesse de s'améliorer dans le pays.

Outre-Atlantique, les investisseurs digéraient la sanction infligée mercredi soir à l'Espagne par l'agence d'évaluation financière Moody's, après sa rivale Fitch, avec l'abaissement de trois crans de sa note d'endettement de long terme, juste au-dessus de la catégorie "spéculative".

Accusant le coup jeudi, "le taux à 10 ans de l'Espagne a touché le seuil de 7% qui est considéré par les marchés financiers comme le niveau à partir duquel la panique, ou quelque chose de proche, devrait s'ensuivre", a commenté Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com. Il s'agit d'un nouveau plus haut depuis la création de la zone euro.

Prudents avant le scrutin très attendu qui se tient en Grèce dimanche, crucial pour le maintien du pays dans la zone euro, certains analystes estimaient par ailleurs que la résistance du marché était liée, comme souvent ces jours-ci, à des rumeurs d'intervention prochaine de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour stimuler l'économie américaine.

Le marché obligataire évoluait sans direction. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans restait stable par rapport à mercredi à 1,599%, et celui à 30 ans baissait à 2,699% contre 2,711%.

ppa/sl/mdm

PLUS:afp