NOUVELLES

Viol en réunion: prolongation de la garde à vue pour Gomis et Benalouane

14/06/2012 02:53 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

L'attaquant international français de l'Olympique lyonnais Bafétimbi Gomis et son ami footballeur Yohan Benalouane, visés par une enquête pour "viol en réunion", devraient être présentés vendredi devant le parquet, leur garde à vue ayant été prolongée jeudi soir.

"La garde à vue a été prolongée en vue d'une présentation vendredi dans la journée devant le parquet", a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête. "Le parquet décidera s'il y lieu ou non d'ouvrir une information judiciaire", a-t-elle ajouté.

La plaignante, une femme de 38 ans travaillant à Lyon dans l'évènementiel selon cette source, et les deux hommes, ont été confrontés dans la journée, chacun campant sur sa position.

La femme, qui a porté plainte mercredi, affirme que la relation sexuelle était non consentie, alors que les deux footballeurs assurent qu'elle l'était.

Cette relation sexuelle "aurait été filmée avec un téléphone portable mais aurait été effacée", a indiqué à l'AFP une autre source proche de l'enquête, confirmant une information du site Lyon Capitale.

En tout état de cause, "comme il y a des versions divergentes sur certains points et en particulier sur le consentement ou le non-consentement, on va essayer d'éclaircir tout cela au cours d'une instruction, si le parquet juge utile d'ouvrir une information judiciaire", a commenté la première source.

Bafétimbi Gomis et Yohan Benalouane, qui a joué cette année en Italie au club de Cesena, dernier du championnat de Serie A, avaient été placés en garde à vue mercredi soir.

Les faits se seraient déroulés dans la nuit de mardi à mercredi dans un appartement du quartier de Gerland, à Lyon, où la plaignante se serait retrouvée pour "une soirée festive" mais "pas fortement alcoolisée", avec les deux footballeurs, qu'"elle connaissait".

Formé à Saint-Etienne, brièvement prêté à Troyes de janvier à juin 2005, Bafétimbi Gomis est arrivé à Lyon à l'été 2009, pour cinq ans et pour 15 millions d'euros.

Dès mercredi, il a formellement démenti tout viol sur sa page Facebook.

bur-hg/dth/el

PLUS:afp