NOUVELLES

Syrie: attentat suicide près d'un lieu de pèlerinage chiite, 14 blessés (médias officiels)

14/06/2012 07:50 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Un attentat suicide à la voiture piégée a fait 14 blessés et endommagé le mausolée de Zeynab, un des lieux les plus sacrés de l'islam chiite situé aux abords de Damas, ont rapporté les médias officiels, des militants précisant que l'attaque ciblait un bâtiment de la Sécurité.

"Un kamikaze a fait exploser une voiture piégée, blessant 14 personnes, et provoquant des dégâts importants dans le secteur", a rapporté l'agence de presse officielle Sana, précisant que la voiture piégée avait explosé dans un parking à 50 m du site de Sayeda Zeynab. Le kamikaze a été tué, selon Sana.

Citant des militants dans la région, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que la "voiture piégée" a explosé "dans un parking près d'un bâtiment de la Sécurité provoquant des dégâts au bâtiment de la Sécurité ainsi qu'au mausolée, selon des images d'un enregistrement vidéo".

Un témoin a raconté à l'AFP qu'un petit camion a foncé à 03H00 GMT (06H00 locales) sur un parking où de nombreuses voitures étaient garées.

Selon un photographe de l'AFP sur les lieux, des véhicules garés dans le parking ont été endommagés, notamment des autobus touristiques, ainsi qu'un commissariat voisin.

En outre, les fenêtres du mausolée ont été brisées et les ventilateurs des plafonds arrachés par le souffle de la déflagration, qui a laissé un cratère d'une profondeur de trois mètres. Les mosaïques sur les deux minarets du mausolée ont également été endommagées.

Des centaines de milliers de pèlerins, provenant notamment d'Iran, grand allié du régime du président Bachar al-Assad, des pays du Golfe et du Liban, se rendent chaque année en pèlerinage au mausolée de Zeynab, soeur de l'imam Hussein vénéré par les musulmans chiites, au sud de Damas. De nombreux réfugiés irakiens fuyant la guerre dans leur pays s'étaient installés dans le quartier.

Une autre voiture piégée visant un point de contrôle de l'armée a explosé dans la ville d'Idleb (nord-ouest), a indiqué l'OSDH, ajoutant que l'attaque avait fait des morts et des blessés parmi les soldats sans en préciser le nombre.

Ailleurs dans le pays, au moins 13 personnes ont été tuées dans de nouvelles violences, au lendemain de la mort d'au moins 77 personnes, dont 49 civils, 21 soldats et sept rebelles à travers la Syrie, selon l'OSDH.

Dans la ville de Deraa (sud), berceau de la contestation anti-régime lancée en mars 2011, cinq civils ont été tués avant l'aube dont quatre dans des bombardements des forces gouvernementales sur le quartier de Tariq el-Sad, assiégé par l'armée, selon l'OSDH.

Ailleurs dans la province de Deraa, des combats opposent les troupes et des rebelles dans la localité de Yadouda, et la localité de Leja est la cible de violents bombardements des forces régulières.

Dans la province de Homs (centre), également théâtre de combats, cinq civils et un rebelle ont été tués dans la ville de Homs et deux rebelles dans la ville de Rastane dans les affrontements à l'entrée de ce bastion rebelle que les forces régulières tentent de reprendre depuis des mois, selon l'OSDH.

Les forces gouvernementales tentent ces derniers jours de reprendre les bastions rebelles au moyen d'intenses bombardements, comme à Haffé, localité de la province côtière de Lattaquié (nord-ouest) dont l'armée a repris le contrôle mercredi après huit jours de bombardements.

rim-am-feb/cnp

PLUS:afp