MONTRÉAL - Après les Pierre Lapointe, Lisa Leblanc, Ariane Moffatt, Philippe B. et autres talents québécois musicaux qui fourmillent aux FrancoFolies, Marie-Pierre Arthur est venue en rajouter. Mieux, elle s'est imposée comme une artiste de marque en offrant au Club Soda, mercredi soir, l'un des plus étonnants concerts de ces festivités de 2012.

«Fil de soie» était à peine lancée dans la salle (remplie) par la chanteuse que, déjà, les gens frappaient du pied, avec raison: chœurs efficaces (Geneviève Jodoin, Virginies Cummins, Nancy Fortin), bonne charge électrique des guitares (les excellents Joe Grass et Guillaume Doiron) et rythmes groovy de la batterie (José Major) et de la basse (Marie-Pierre Arthur) donnaient vraiment envie de bouger.

Touchant également d'entendre l'audience chanter aussi tôt dans la soirée les paroles «pour toi j'aurais voulu changer...»

Visiblement, une majorité des personnes présentes étaient des amateurs conquis d'avance. Cela dit, la réussite de ce concert aura certainement été de les garder en haleine du début à la fin. Il fallait voir son copain François Lafontaine (Karkwa) aux claviers pour réaliser que, de toute façon, on ne pouvait s'égarer bien longtemps de la performance. En feu le gars! Et les autres n'étaient pas en reste avec leur bonheur contagieux.

«Nous sommes tellement contents de vous présenter ce show. Et fébriles d'être aux Francos. Nous allons passer une soirée de fou», a dit tout sourire Marie-Pierre Arthur avant d'envoyer les morceaux «Pour une fois» et «Si tu savais». Sur cette dernière, mentionnons l'impeccable travail du batteur. Foule en délire.

Nuancé et pesant

Bien qu'elle ait joué la totalité de son second album intitulé «Aux alentours», la jeune femme a proposé quelques chansons de son précédent disque qui l'avait révélé au public en 2009. La balade «Déposer les armes» en fait partie. Le texte y parle du désir de partir ailleurs sans regret. Sur de très beaux arrangements, la musique a commencé en douceur, puis fait de la place à une montée rythmique assez appuyée. C'était nuancé et lourd à la fois, grâce à la riche orchestration. Et que dire du clavier psychédélique en finale...

À «Encore là», on a ralenti la cadence pour une pièce aérienne dans laquelle la chanteuse a mis à profit les aigus de sa voix. À mi-chemin, surprenant solo de guitare de Joe Grass, qui nous a propulsés à nouveau dans une ambiance rock quelque peu introspective.

Après «Elle», Arthur a offert une autre «vieille chanson» qui s'intitule «Ma tête à off». Sympathique bluegrass avec envolées vocales et grattements de banjo. On s'est senti dans l'vent.

Sur la «Chanson pour Dan» (l'ami disparu), de magnifiques jeux de lumière (conception de Mathieu Roy) ont ajouté un élément dramatique au concert.

C'est à la belle proposition «Droit devant» qu'on a décelé un léger problème qui s'est avéré récurant au cours de la soirée: dans ce travail d'arrangements fort bien réussi, la voix, surtout durant les passages intenses, est étouffée. Rien de grave, mais un point à améliorer.

Ses hommes

Très à l'aise, Arthur a démontré durant le spectacle qu'elle est une fille de groupe et de scène. Spontanée, simple, généreuse, elle s'est plu à échanger et rigoler avec l'auditoire: «On vous propose ça ces chansons-là et elles font du bien. Mais, j'ai un problème. Les filles devant la scène connaissent tellement bien les paroles, j'ai peur de me tromper!», a-t-elle blagué.

Autre moment fort avec «Jealous Guy» (paroles et musique de John Lennon), alors que les quatre musiciens ont interprété à tour de rôle des passages de ce morceau d'anthologie. Brillante manière de présenter les gars de la formation. Trip de «gang» d'un savoureux magnétisme.

Viendront ensuite l'enlevante et rêveuse «Emmène-moi» (lignes de clavier dévastatrices de Lafontaine), «Pourquoi» (on entend les gens fredonner la finale) et la colorée «All Right».

Ovation de joie

Au rappel, on a pu entendre «Le vent m'appelle par mon prénom», chanson intimiste, mais qui se gonflera d'émotion en chemin au déchainement de tous les instruments.

La très bien titrée «À partir de maintenant» venait confirmer le double talent d'une artiste rayonnante: elle fait vibrer et sait bien s'entourer. À voir sans hésitation.

Loading Slideshow...
  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert

  • FrancoFolies 2012: Marie-Pierre Arthur en concert