NOUVELLES

Les Flames confirment l'embauche de Martin Gélinas comme entraîneur adjoint

14/06/2012 01:29 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

CALGARY - L'ancien attaquant des Flames Martin Gélinas est de retour à Calgary au poste d'entraîneur adjoint, a confirmé jeudi la formation albertaine.

Gélinas se joindra à un personnel composé du nouvel entraîneur-chef Bob Hartley, de l'entraîneur adjoint Jacques Cloutier et de l'entraîneur des gardiens Clint Malarchuk en vue de la saison 2012-13.

Il travaillait depuis trois saisons comme directeur du développement des joueurs avec les Predators de Nashville.

«Lorsque l'occasion s'est présentée et que j'ai eu l'opportunité de la saisir, ce fut une décision difficile à prendre parce que je devais quitter une concession à Nashville où j'étais très bien traité et parce que David Poile (le directeur général des Predators) est un homme bien et qu'il m'a traité comme un membre de sa famille», a expliqué Gélinas jeudi.

Gélinas a disputé 20 saisons dans la LNH avec les Oilers d'Edmonton, les Nordiques de Québec, les Canucks de Vancouver, les Hurricanes de la Caroline, les Panthers de la Floride, les Predators et les Flames. Il a remporté la coupe Stanley avec les Oilers en 1990.

Il s'est aligné avec les Flames pendant deux saisons, de 2002 à 2004. Il a aidé Calgary à se rendre jusqu'en finale de la Coupe Stanley en 2004.

«Après le parcours de 2004, ce fut un rêve devenu réalité de pouvoir revenir et de travailler pour cette organisation, a dit Gélinas. Clagary, c'est la maison. Ça l'a toujours été depuis que j'ai quitté.»

C'est Craig Conroy, le conseiller spécial au directeur général Jay Feaster, qui a recommandé son ex-coéquipier des Flames pour le poste.

«Je saute de joie en-dedans, a admis Conroy. Je me dis, 'wow, c'est merveilleux.' J'étais si content. Je me suis dit que c'était une combinaison gagnante. Je suis très heureux qu'il ait accepté le poste.»

Feaster a déclaré qu'il s'attendait à voir Gélinas travailler étroitement en compagnie de Hartley sur les startégies en avantage numérique.

«Je sais que (Hartley) lui a déjà parlé et qu'il lui a demandé de s'attarder surtout sur les unités spéciales, autant en avantage numérique qu'en désavantage», a confié Feaster.

PLUS:pc