NOUVELLES

Le rendement des obligations italiennes et espagnoles bat des records

14/06/2012 10:31 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

MADRID - Le rendement des obligations italiennes à trois ans a atteint son niveau le plus élevé depuis décembre tandis que celui des emprunts à dix ans de l'Espagne battait également un nouveau record jeudi, signe de l'inquiétude des marchés quant à l'avenir de ces deux économies majeures de la zone euro.

Plongée dans une profonde récession et accablée par un endettement toujours croissant malgré son programme d'austérité budgétaire, l'Italie a réussi à lever 3 milliards d'euros mais à un taux de 5,3 pour cent, contre 3,91 pour cent le mois dernier.

Une émission d'obligations à dix ans a aussi atteint un taux d'intérêts inquiétant de 6,15 pour cent et une autre à 15 ans de 6,1 pour cent, pour un total combiné de 1,5 milliard d'euros. Confrontée à une dette souveraine de 1900 milliards d'euros, l'Italie est fréquemment obligée de se refinancer sur les marchés pour honorer les échéances des emprunts précédents.

La décision prise par l'Espagne le week-end dernier de demander un plan de sauvetage à l'Union européenne pour ses banques surendettées, pour un montant estimé à environ 100 milliards d'euros, amène les marchés à considérer l'Italie comme le prochain pays à recourir à l'aide internationale.

Jeudi, le rendement des obligations espagnoles à dix ans a atteint un nouveau plus haut depuis la création de la zone euro en 1999, à 6,96 pour cent, après la dégradation mardi soir par l'agence Moody's de la note souveraine de trois crans, de A3 à Baa3, soit juste un cran au-dessus du statut d'investissement spéculatif.

Ce contexte exerce une énorme pression sur l'Italie, troisième économie de la zone euro, poussée à accélérer ses réformes et appliquer les mesures d'économie budgétaire, tandis que ses partenaires européens sont exhortés à mettre en place des mécanismes propres à rassurer les marchés.

Le gouvernement de technocrates de Mario Monti mis en place en novembre s'est engagé à réformer l'économie italienne en profondeur mais, sous la pression de certains partis et groupes de pression, la résolution des députés a semblé mollir ces dernières semaines. M. Monti les a exhortés mercredi à adopter rapidement les dernières réformes pour rassurer les investisseurs sur la capacité du pays à sortir de la récession qu'il connaît depuis le dernier trimestre 2011. Le Parlement devait se prononcer jeudi sur une série de mesures anti-corruption.

PLUS:pc