NOUVELLES

Le funambule Wallenda fin prêt pour la traversée des chutes du Niagara

14/06/2012 07:27 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Le funambule américain Nik Wallenda s'est dit prêt jeudi à "entrer dans l'histoire", en traversant vendredi les chutes du Niagara sur un fil.

"Il n'y a plus de retour possible en arrière. Nous allons entrer dans l'histoire", a-t-il déclaré, extrêmement confiant et décontracté lors d'une conférence de presse.

"J'espère que (la traversée) sera très calme et relaxante. Mais il y aura aussi probablement des larmes", a-t-il ajouté, rappelant que c'était pour lui la concrétisation d'un rêve de gosse, et qu'il s'était heurté à de nombreuses difficultés pour monter son projet.

En principe, de telles traversées sont interdites depuis 1896, mais après des mois de bataille, il a réussi à convaincre les autorités canadiennes et américaines de lui accorder une dérogation.

Le fil d'acier que Nik Wallenda va emprunter a été installé juste au dessus des chutes canadiennes en "fer à cheval", les plus puissantes d'Amérique du Nord, souvent noyées dans la brume. De nombreuses traversées ont eu lieu au XIXe siècle, mais au dessus d'une gorge située en aval, pas directement au dessus des chutes

Wallenda, 33 ans, commencera sa traversée de 550 mètres côté américain, peu après 22H00 (0H300 GMT samedi).

Elle devrait se terminer environ 40 minutes plus tard côté canadien.

Des dizaines de milliers de spectateurs sont attendus des deux côtés de la rivière Niagara.

Le funambule portera un harnais de sécurité, à la demande de son principal sponsor, la chaîne de télévision ABC, qui retransmettra l'événement en très léger différé.

Membre d'une famille d'artistes de cirque depuis sept générations il n'avait jamais de sa vie porté de système de sécurité, mais a rejeté l'idée que cela gâchait le spectacle.

"Cela ne me maintient pas sur le fil. Cela m'empêche simplement de mourir", a-t-il dit.

Son projet a coûté plus d'un million de dollars, et en dépit des sponsors, Nik Wallenda a déclaré qu'il devrait probablement payer lui même une petite partie de coûts.

bd/bar

PLUS:afp