NOUVELLES

Le FRAPRU demande à ses organisations membres un mandat de grève sociale

14/06/2012 11:55 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) demande à ses organisations membres de lui accorder un mandat de grève sociale illimitée pour le mois d'août ou l'automne prochain.

Les délégués au congrès de l'organisme, qui milite pour le logement social et les droits des locataires, ont donné leur accord de principe au déclenchement de cette grève sociale et demandent maintenant un mandat en ce sens à leurs instances respectives.

Le FRAPRU affirme qu'une telle grève s'inscrirait dans ce qu'il qualifie de «lutte historique menée depuis quatre mois par le mouvement étudiant», mais entend ajouter aux revendications, outre le retrait de la hausse des frais de scolarité et de la loi spéciale, le retrait de la taxe santé de 200 $ par année et l'augmentation des tarifs d'électricité à compter de 2014.

Une grève sociale signifierait que l'organisme suspendrait toutes ses activités régulières pour référer les demandes de services aux instances gouvernementales concernées, ainsi que l'organisation ou la participation quotidienne à des activités telles des manifestations, des actions directes, des perturbations économiques ou des activités d'éducation populaire.

La porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme, affirme que le temps est venu de s'attaquer à l'approche tarifaire du gouvernement Charest, qui s'attaque aux plus démunis et offre l'impunité aux entreprises et aux mieux nantis.

Elle fait valoir que les entreprises et les contribuables les plus aisés paient une part de moins en moins importante des services publics, alors que les contribuables de la classe moyenne et les plus démunis se font étouffer par les politiques tarifaires du gouvernement Charest, qui invoque la juste part en refusant d'appliquer ce principe à ceux qui en ont les moyens.

PLUS:pc