NOUVELLES

La décision de la cour constitutionnelle égyptienne: "un coup d'Etat" (dirigeant islamiste)

14/06/2012 12:00 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Un haut dirigeant des Frères musulmans égyptiens a dénoncé jeudi comme un "coup d'Etat" la décision de la Haute cour constitutionnelle de considérer le Parlement actuel, dominé par les islamistes, comme "anticonstitutionnel" et sa composition "entièrement illégale".

La décision de la cour est un "coup d'Etat total à travers lequel le Conseil militaire a effacé la période la plus honorable dans l'histoire de notre patrie", a dit Mohammed Beltagui sur la page facebook des Frères musulmans, qui détiennent près de la moitié des sièges de députés.

Selon ce député et dirigeant du Parti de la liberté et justice (PLJ), la vitrine politique de la confrérie, ce "coup d'Etat a commencé par l'aquittement des hauts responsables de la sécurité dans le procès de Moubarak", le 2 juin, en référence à des personnes poursuivies pour la mort de plus de 800 manifestants durant la révolte contre son régime début 2011.

"Cela s'est terminé à deux jours du second tour de la présidentielle par l'invalidation de la loi dite d'isolement politique", qui a permis à Ahmad Chafiq, le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, de rester dans la course à la présidence.

Cette loi empêchait les anciens hauts responsables du régime de Hosni Moubarak de se présenter à des élections. M. Chafiq avait quand même été autorisé à se présenter en attendant une décision de la cour sur la validité de cette loi.

M. Chafiq doit affronter le Frère musulman Mohammed Morsi lors du second tour de la présidentielle samedi et dimanche, dans un climat de vives tensions politiques.

L'Egypte est dirigée depuis la chute de M. Moubarak en février 2011 par un haut conseil militaire.

mon/hj/cr/vl

PLUS:afp