NOUVELLES

Hillary Clinton appelle l'Egypte à "ne pas revenir sur la démocratie"

14/06/2012 03:34 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé jeudi l'Egypte à "ne pas revenir sur la démocratie" après la décision de la Haute cour constitutionnelle de considérer le Parlement dominé par les islamistes comme "anticonstitutionnel".

"Il ne peut y avoir de retour en arrière en ce qui concerne la transition démocratique réclamée par le peuple égyptien", a déclaré Hillary Clinton lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Défense Leon Panetta.

La porte-parole du département d'Etat américain Victoria Nuland avait indiqué plus tôt que les Etats-Unis étudiaient actuellement la décision de la Haute cour constitutionnelle mais elle avait dit espérer pour le peuple égyptien qu'il "obtienne ce pour quoi il a combattu" au cours de la révolte ayant conduit à la chute d'Hosni Moubarak l'année dernière.

Mme Nuland a précisé à la presse que Washington espérait pour les Egyptiens "un système de gouvernement libre, juste, démocratique et transparent -- une gouvernance qui représente la volonté du peuple, un parlement et un président élus de cette manière".

Les Etats-Unis se sont dits inquiets d'un risque de retour en arrière en Egypte, quelques semaines après la fin d'une loi d'urgence, en vigueur sans discontinuer pendant trente ans, qui prévoyait des dispositions policières et judiciaires hors du droit commun, en particulier le recours à des tribunaux d'exception et des restrictions aux libertés publiques.

"Nous sommes aussi inquiets par la décision de réintroduire certains pouvoirs qui semblent donner aux autorités de larges pouvoirs de détenir des individus au cours de cette période d'élection", a déclaré la porte-parole.

sct/lor/sj/gde

PLUS:afp