NOUVELLES

Euro-2012 - Ukraine: Tymoschuk, de l'ombre à la lumière

14/06/2012 05:53 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Le milieu de terrain Anatoli Tymoschuk, souvent réduit à jouer les utilités ces dernières saisons au Bayern Munich, retrouve les feux de la rampe au sein de l'Ukraine qui dispute "son" Euro-2012, et nourrit beaucoup d'espoirs pour son pays dans ce tournoi.

"Nous voulons passer le premier tour. Cela va sans dire. Et après, je nous vois même en finale", qui se disputera à Kiev le 1er juillet, avait déclaré le joueur ukrainien le plus capé.

De haut de ses 32 ans et 115 sélections, Tymoschuk a, pourtant, découvert lundi seulement sa première phase finale d'un Euro, pour laquelle l'Ukraine ne s'est jamais qualifiée.

"Je sais que ce sera difficile, mais je me fixe toujours l'impossible pour objectif", avait-il ajouté.

Après la victoire surprise devant la Suède (2-1) grâce à un doublé de la star Andrei Shevchenko, il a confié sa "grande émotion" et espère bien décrocher le ticket pour les quarts de finale face à la France, vendredi à Donetsk.

Chargé avec les autres trentenaires de la sélection, dont Shevchenko avec lequel il partage le rôle de capitaine, d'encadrer les jeunes prometteurs (Denis Garmash, Andrei Yarmolenko, Yevgeny Konoplyanka ou Yaroslav Rakitskiy), Tymoschuk a expliqué que les Ukrainiens avaient gagné tous ensemble.

"Il n'y avait pas que 11 joueurs sur le terrain. Tous les joueurs de la sélection, le staff et le stade étaient avec nous. C'est pour ça que nous avons gagné aujourd'hui, parce qu'on est une famille", a-t-il résumé.

Joueur très régulier, jamais blessé, il n'a presque jamais fait faux bond à l'équipe nationale depuis sa première sélection en 2000, tout en accumulant les distinctions en club.

Arrivé à 18 ans au Shakhtar Donetsk, grand rival du Dynamo Kiev, il s'y impose très vite au poste de milieu défensif ou relayeur, capable de grappiller les ballons dans les pieds adverses, mais aussi de distribuer le jeu. Il est resté dix saisons, remportant trois titres nationaux et trois Coupes d'Ukraine.

Transféré en 2007 -pour un montant de 15 millions d'euros- au Zénit Saint-Pétersbourg, il le conduit à son premier titre de champion de Russie de l'ère post-soviétique et, l'année suivante, à la consécration européenne en Coupe de l'UEFA en battant les Glasgow Rangers en finale (2-0).

Lors de la demi-finale face au Bayern Munich, il tape dans l'oeil du club le plus titré d'Allemagne, qui le fait signer l'année suivante.

Avec le Bayern, il remporte le doublé Coupe-Championnat dès sa première saison tout en ne faisant qu'une vingtaine d'apparitions, dont la moitié comme titulaire.

Lors des deux dernières saisons, il a disputé la plupart de ses matches grâce à une cascade d'absences, dues aux blessures ou aux suspensions. Ainsi, le milieu de terrain a joué la finale de la Ligue des champions, perdue contre Chelsea, au poste de... stoppeur.

S'il a connu trois saisons en demi-teinte au Bayern -des rumeurs évoquent un départ vers l'Italie cet été-, il a contribué à écrire les pages les plus glorieuses de la jeune sélection d'Ukraine.

En 2006, les bleu et jaune se qualifient pour le Mondial en Allemagne, et franchissent le premier tour avec l'Espagne. Ils éliminent la Suisse au tirs aux buts en 8e de finale avant de chuter lourdement face à l'Italie (3-0) en quart.

Vendredi, face à la France, Tymoschuk compte bien ajouter un autre quart au palmarès de l'Ukraine.

hap/sk/nip

PLUS:afp