NOUVELLES

Euro-2012 - Ukraine: Blokhine reconnaît qu'il y a "beaucoup de pression"

14/06/2012 12:52 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

"Il y a beaucoup de pression", après la victoire de l'Ukraine contre la Suède (2-1) lors du 1er match du groupe D de l'Euro-2012, a reconnu jeudi Oleg Blokhine, le sélectionneur du pays hôte qui affronte la France vendredi à Donetsk pour son 2e match du tournoi (16H00 GMT).

Q: La gestion de la chaleur est-elle l'une des clés du match?

R: "Est-ce qu'on peut changer la situation? Non. Il faut jouer ce match et on verra quelle sera l'équipe avec le plus d'énergie dans ces conditions difficiles. Le temps sera important car faire du pressing dans ces conditions, ce n'est pas évident".

Q: Que reste-t-il du match entre les deux nations il y a un an?

R: "Je me souviens qu'on a perdu 4 à 1. Non, on ne va pas se rappeler de ce match. On ne se souvient pas de ce qui s'est passé il y a 20 ans! Seuls trois de mes joueurs ont participé à cette rencontre alors je ne pense pas qu'il y ait le moindre lien entre les deux matches".

Q: Que vous apporte la légende Shevchenko au quotidien?

R: "Les cafés! Non, c'est une plaisanterie. Mais qu'est-ce que je peux répondre à ça? Il joue toujours très bien et il donne le bon exemple par son professionnalisme. Quand j'ai commencé, tout le monde a cru qu'il y aurait des problèmes avec lui. Mais nous sommes deux bons joueurs et des gens normaux qui ont su trouver une langue commune. J'ai une très bonne relation avec lui, comme avec les autres joueurs".

Q: Après la victoire contre la Suède, l'Ukraine a semblé verser dans l'euphorie...

R: "On a des problèmes mais je ne peux pas dire qu'ils soient vraiment sérieux. Personne n'a de jambe cassée. On a quelques doutes, on essaie de faire avec. Après ce 1er match, il y a beaucoup de pression. Il nous manque toujours une ou deux semaines pour être au point. Mais cela ne concerne pas seulement l'Ukraine. Hier, les Pays-Bas ont fait pas mal d'erreurs défensives par exemple. Nous, on a fait dix mauvaises minutes dans ce secteur à la fin contre la Suède".

Q: Quels sont les favoris du groupe?

R: "La France et l'Angleterre sont des leaders du foot mondial. Si Blanc dit que la France est encore un outsider, il ment un petit peu. Il a beaucoup de bons joueurs. Ma tâche, c'est de donner de la force aux joueurs et de faire en sorte qu'on passe ce tour".

Q: La victoire obligatoire pour la France l'oblige-t-elle à jouer l'attaque?

R: "Je ne sais pas pourquoi le classement du groupe obligerait la France à mettre l'accent sur l'attaque ou se présenter avec une équipe portée vers l'avant. Ils auront des possibilités de remporter la victoire. Je sais que les milieux et les attaquants sont très forts et qu'ils peuvent jouer ainsi. Nous, on n'a pas eu suffisamment de temps pour travailler comme ça".

Q: Que pensez-vous du boycott de l'Ukraine par le gouvernement français?

R: "Nous ne sommes pas à un rendez-vous de politiciens alors je vous prie de ne pas me poser de questions d'ordre politique. Je suis là pour parler de foot".

cd/kn/grd

PLUS:afp