NOUVELLES

Euro-2012 - Pays-Bas: les raisons de ne plus y croire

14/06/2012 08:02 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Les joueurs et le sélectionneur néerlandais l'assurent: malgré leur deuxième défaite de rang dans le groupe B, mercredi face à l'Allemagne (2-1), ils croient encore en leurs chances de qualifications pour les quarts de finale de l'Euro-2012.

Il y a pourtant beaucoup de raisons de ne plus y croire.

. Les statistiques

Il y a 17 ans que les Pays-Bas n'avaient plus perdu deux rencontres d'affilée. Jamais une équipe battue lors de ses deux premiers matches ne s'est qualifiée pour les quarts de finale d'un Euro. Pour atteindre ce stade de la compétition, les Oranje devront battre le Portugal samedi à Kharkiv par deux buts d'écart au moins et compter sur une défaite du Danemark face à l'Allemagne dans l'autre match du groupe. Ruud Koning, professeur d'économie du sport à l'Université de Groningue, estimait jeudi "à 12%" les chances que ce scénario se réalise.

. Le jeu

"Où sont nos automatismes ?", se demandait mercredi soir le meneur de jeu Wesley Sneijder. A raison, car le jeu néerlandais est apparu bien inconsistant face à Mario Gomez et ses équipiers. Curieux quand on sait qu'à l'exception d'Ibrahim Afellay et Jetro Willems, les neuf autres joueurs formaient l'équipe finaliste du Mondial-2010. "Il y avait trop d'espaces entre les lignes, l'écart entre les joueurs offensifs et les deux milieux récupérateurs était immense". "Nous avons mal défendu, accumulant les fautes de positionnement". Le sélectionneur Bert van Marwijk n'étaient pas tendre avec ses joueurs.

. L'ambiance

"Excellente ! Mes joueurs son très soudés", avait clamé Van Marwijk avant d'affronter l'Allemagne. On en doute... Des déclarations de Klaas-Jan Huntelaar ("en colère et déçu" de ne pas être titulaire), de Rafael van der Vaart (lui aussi "très déçu" de son statut car il s'estime "plus en forme que d'autres"), de Wesley Sneijder ("les attaquants doivent marquer, ils ne le font pas") montrent qu'il y a de la tension au sein du groupe. Une habitude chez les Oranje. Le manque de résultats n'arrange évidemment rien.

. La méforme de vedettes

Meilleur buteur du Championnat d'Angleterre avec Arsenal, Robin van Persie a enfin marqué mercredi. Mais que ce fut laborieux. Le Gunner ne parvient décidément pas à atteindre son niveau en club, multipliant les contrôles manqués, les dribbles inutiles et les frappes non cadrées. Après une saison difficile à l'Inter, Wesley Sneijder ne retrouve pas non plus son rendement du Mondial-2010. Arjen Robben est encore traumatisé par sa fin de saison cauchemardesque avec le Bayern Munich. Le jeune Ibrahim Afellay a été transparent mercredi. Il n'a quasiment pas joué cette saison avec le FC Barcelone en raison d'une blessure à un genou. Méritait-il d'envoyer Dirk Kuyt sur le banc ?

. La défense

Les observateurs, comme Ruud Gullit ou Johan Cruyff, avaient raison de souligner que le "quatre arrière" néerlandais ne tiendrait pas la route face à l'Allemagne. Le duo central Heitinga-Mathijsen n'a pas trouvé la solution pour contrer Mario Gomez. Que dire de la prestation des latéraux Grégory van der Wiel et Jetro Willems qui ont multiplié les fautes de positionnement ? Willems, plus jeune joueur de l'histoire à disputer une phase finale d'un Euro, manque bien sûr de bouteille. Logique: avant d'arriver en Ukraine, le défenseur du PSV Eindhoven n'avait que 29 matches "pro" dans les jambes.

bnl/sk

PLUS:afp