NOUVELLES

Euro-2012 - Angleterre: Welbeck-Rooney, les particules complémentaires

14/06/2012 09:20 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Titularisé contre la France par Roy Hodgson lors de l'entrée en lice de l'Angleterre à l'Euro-2012, Danny Welbeck devrait aussi jouer contre la Suède vendredi à Kiev, en attendant de former un duo d'attaque complémentaire avec Wayne Rooney, à son retour de suspension.

En concurrence avec Andy Carroll pour assurer l'intérim de Rooney, suspendu pour les deux premiers matches à l'Euro après son exclusion au Monténégro le 7 octobre lors du dernier match de qualification, Welbeck a gagné sa place de titulaire en se montrant plus à son avantage en amicaux où il a notamment inscrit son premier but en sélection contre la Belgique.

"C'était bien de le voir marquer ce premier but, j'en ai vu assez pour être certain que tout se passera bien sans moi pour les deux matches", avait d'ailleurs plaidé le buteur attitré des Trois Lions.

De fait, Welbeck tire aussi profit de sa complémentarité avec Rooney, justement. Une complicité éprouvée à Manchester United, où Welbeck se pose régulièrement en électron libre autour de Rooney (31 associations, dont 22 d'entrée la saison passée).

Coéquipiers depuis 2008, Welbeck l'étoile montante de 21 ans, et Rooney, la star de 26 ans déjà au firmament, constituent une paire d'attaquants aussi efficace que redoutée. La saison passée en Championnat, ils ont totalisé 36 réalisations à eux deux: 27 buts (et 6 passes) pour Rooney, 9 et 10 pour Welbeck. Soit environ un tiers des buts des Red Devils en Premier League.

Logique dans ces conditions de voir Roy Hodgson nourrir de grands espoirs à l'Euro, avec ce duo au si fort potentiel qu'Alex Ferguson compte bien l'installer à MU "pour les saisons à venir". Un duo qui devra déjà faire ses premières preuves contre les Ukrainiens mardi prochain, avec un probable enjeu de taille: la qualification pour les quarts.

En attendant, Welbeck compose, avec un autre Mancunien Ashley Young, la plate-forme offensive du jeu anglais, qui devra confirmer contre les Suédois les bonnes intentions entrevues contre les Français (1-1).

Une mission qui n'effraie pas l'attaquant, manifestement prêt à prendre ses responsabilités: "Je suis aujourd'hui dans une position où je dois conduire l'attaque de mon pays et cela ne me fait pas peur, je me réjouis de cette opportunité".

"Je travaille pour vivre ces moments-là depuis tout petit. Tout le monde veut jouer des matches au plus haut niveau, maintenant que je suis là, j'en suis fier et je veux progresser aussi vite que possible", ajoute Welbeck, d'origine ghanéenne, qui dit avoir "naturellement" choisi de porter les couleurs anglaises.

"Je joue pour l'Angleterre depuis mes 14 ans, cela me paraissait logique de continuer", a-t-il ajouté.

Avec pour l'heure six sélections et un but au compteur, Welbeck reste néanmoins encore novice au niveau international, mais cela ne l'intimide guère: "Le football c'est ce que j'aime, et je n'y vois pas de source d'inquiétudes. Le football c'est le football, sur la route on rencontre des bonnes et des mauvaises choses, il faut l'accepter sereinement."

De la sérénité donc, et des bons conseils. Comme ceux prodigués par Rooney, le grand frère. "Il me donne toujours des conseils sur et en dehors du terrain, avant les matches, à la mi-temps, explique Welbeck. Il me dit quoi faire dans le jeu, comment exploiter un point faible qu'il a repéré chez l'adversaire, je suis content d'être à ses côtés."

L'Angleterre aussi.

rcw/nip/pgr/sk

PLUS:afp