NOUVELLES

24 Heures du Mans - Qualifications: Audi de plus en plus vite...

14/06/2012 03:30 EDT | Actualisé 14/08/2012 05:12 EDT

Audi, en améliorant d'une seconde et demie avec la R18 ultra N.3, jeudi en début de soirée, la pole position provisoire signée mercredi soir par la R18 e-tron quattro N.1, a continué à accélérer le mouvement pendant les qualifications des 24 Heures du Mans.

Le Français Loïc Duval, ex-pilote Oreca recruté cette année par Audi Sport, a signé, peu avant 19h00 GMT, un chrono de 3:24.078, soit presque une seconde et demie de mieux que l'Allemand André Lotterer mercredi soir, sur le coup de 22h00 GMT.

C'est aussi presque deux secondes de mieux, que la "pole" signée en 2011 par un autre Français, Benoît Tréluyer, dans l'Audi R18 victorieuse le dimanche suivant. Et une nouvelle preuve des progrès effectués depuis l'an dernier par les ingénieurs allemands, qui ont truffé toutes les R18, ultra ou e-tron, d'innovations.

Les vétérans de l'autre Audi hybride, la N.2 du trio Kristensen-Capello-McNish, 13 victoires à eux trois, ont suivi le mouvement, devant la meilleure des deux Toyota TS030 hybrides, la N.8 de Sarrazin-Davidson-Buemi, qui a terminé cette deuxième séance de qualifications par un spectaculaire passage dans l'herbe, avec le Britannique au volant.

En attendant la troisième et dernière séance, jeudi soir entre 20h00 GMT et 22h00 GMT, le Top 6 de la grille de départ provisoire, réservé aux voitures hybrides-diesel, était complété par la dernière Audi, celle des jeunes Oliver Jarvis, Marco Bonanomi et Mike Rockenfeller, et par la deuxième Toyota, la N.7 d'Alexander Wurz, double vainqueur, Nicolas Lapierre et Kazuki Nakajima.

Pendant cette séance, les mécaniciens d'AF Corse, dans le stand de la Ferrari N.51, ont continué à assembler une 458 toute neuve autour d'un nouveau châssis arrivé de chez le préparateur Michelotto, en Italie, pour que Giancarlo Fisichella, l'ex-pilote de F1, puisse prendre le départ samedi sur la dernière ligne de la grille.

dlo/mam

PLUS:afp