NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse et surveille Chypre

13/06/2012 10:23 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

Wall Street a ouvert en baisse mercredi alors qu'en l'absence d'actualité économique aux Etats-Unis, les investisseurs portaient à nouveau leur attention sur la zone euro, redoutant une contagion à un nouveau pays, Chypre: le Dow Jones cédait 0,41% et le Nasdaq 0,35%.

Vers 14H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 51,01 points à 12.522,79 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 9,86 points à 2.833,21 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de 0,42% (-5,57 points) à 1.318,61 points.

La Bourse de New York avait fini en hausse mardi, profitant d'une accalmie sur le front européen: le Dow Jones Industrial Average avait pris 1,31%, à 12.573,80 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,19% à 2.843,07 points.

"La crise continue", a résumé Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com. Une fois encore il n'y a pas d'actualité économique aux Etats-Unis ni sur le front des entreprises. Tout se concentre sur l'Europe".

Après l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, la Grèce et l'Italie, la pression des marchés s'est accentuée sur le troisième plus petit Etat européen, Chypre. L'agence d'évaluation financière Moody's a abaissé mardi les notes de deux banques chypriotes, invoquant "le risque accru de sortie de la Grèce de la zone euro". La note d'une troisième banque a été mise sous surveillance en vue d'un éventuel abaissement.

Les autorités de la République de Chypre, explorant les pistes de renflouement, pourraient opter pour une aide bilatérale plutôt que celle de l'Union européenne afin d'aider les banques du pays en difficulté, a indiqué mercredi le gouverneur de la Banque centrale. Chypre a rejoint l'UE en 2004 et l'euro en 2008.

"Le sauvetage ne serait que d'une poignée de milliards de dollars", a noté M. Green, minimisant l'impact d'un sauvetage chypriote.

En outre, Wall Street suivait l'audition au Sénat des Etats-Unis du patron de JPMorgan Chase, Jamie Dimon. Son audition "aura un impact minime sur les marchés financiers ou l'économie, mais pourrait influencer la forme que prendre la réforme de la Règle Volcker", qui doit davantage encadrer les activités des banques américaines, a noté Frederick Dickson, de DA Davidson.

Le marché obligataire progressait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 1,639% contre 1,661% mardi, et celui à 30 ans à 2,750% contre 2,772%.

sab/sl/bar

PLUS:afp