NOUVELLES

Vérificateur général: un voile à peine levé sur les dépenses des députés

13/06/2012 04:48 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le voile sur les dépenses des députés et sénateurs n'aura été qu'à peine soulevé par les audits tant attendus du vérificateur général, mercredi.

Les contribuables canadiens qui auraient voulu connaître les détails de toute dépense exorbitante générée par les parlementaires pourraient bien être déçus par le contenu des deux contrôles de quelque 500 millions $ sur les dépenses du Sénat et de la Chambre des communes.

Le vérificateur général, Michael Ferguson, s'est attardé à l'adhésion des politiciens aux règles entourant les dépenses, mais ses audits ne concernent pas la gestion quotidienne faite par les bureaux de parlementaires ni la pertinence des décisions de députés quant à des dépenses précises.

Tout au plus, les vérifications constituent un rappel poli pour les députés et les sénateurs de leur obligation de remplir adéquatement les formulaires de réclamation des dépenses.

Mais en matière de processus d'acquisition de la Chambre des communes, les audits révèlent qu'il y a bel et bien des ratés.

Quarante-et-un des 59 processus évalués par l'audit n'adhéraient pas aux propres règles de l'Administration de la Chambre des communes. Certains contrats n'étaient pas signés, ou rétroactivement, des pièces manquaient au dossier ou il n'y avait pas de justification pour les contrats à fournisseur unique.

Les deux évaluations avaient été lancées en 2010 sous la pression du public, mais les parlementaires avaient toutefois précisé que les documents ne devraient identifier aucun nom de député ou sénateur en particulier.

Les politiciens à Ottawa avaient réussi à obtenir cette concession de l'ancienne vérificatrice générale Sheila Fraser, en contrepartie d'un accès à leurs registres comptables.

PLUS:pc