NOUVELLES

Une jeune Tunisien blessé par balle succombe à ses blessures

13/06/2012 11:05 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

TUNIS, Tunisie - Les violences qui ont secoué la Tunisie ces derniers jours ont fait une première victime: un jeune homme atteint par une balle a succombé mercredi à ses blessures à l'hôpital Farhat Hached de Sousse, ont annoncé des sources hospitalières.

Fehmi Aouini, 22 ans, qui poursuivait ses études dans cette ville du centre de la Tunisie, a été atteint à la tête lors des troubles qui ont opposé mardi des manifestants salafistes aux forces de l'ordre. Il a été hospitalisé en même temps qu'une dizaine de blessés, parmi lesquels figuraient quatre policiers.

Les violences, qui se sont propagées de Tunis à d'autres villes du pays, ont commencé lundi en réaction à des tableaux exposés dans une galerie d'art à La Marsa, une banlieue nord de la capitale, jugés «blasphématoires». L'un des tableaux montre le nom d'Allah dessiné avec des fourmis.

Un tribunal et des postes de police ont été incendiés par des groupes salafistes. Des repris de justice en ont profité pour s'adonner à des actes de pillage, selon les autorités, qui accusent des partisans de l'ancien régime de Ben Ali d'être parmi les instigateurs des violences.

Craignant une amplification des troubles, le gouvernement a décrété mardi soir un couvre-feu provisoire dans plusieurs régions du pays.

Dans un communiqué, les trois présidents de la République, de l'Assemblée constituante et du gouvernement ont accusé «des groupes extrémistes» non identifiés d'être à l'origine des troubles et de «menacer les libertés en Tunisie».

Ils relèvent que ces incidents surviennent «au moment où le pays se rétablit et où les indicateurs économiques sont au vert», à l'aube d'une saison agricole et touristique «prometteuse».

PLUS:pc