NOUVELLES

Une députée conservatrice semonce un ministre pour sauver un hebdo francophone

13/06/2012 06:44 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - La mort d'un journal francophone du Manitoba serait une tache indélébile pour le gouvernement conservateur, a écrit une députée conservatrice au ministre du Patrimoine canadien, James Moore.

C'est par cette semonce que Shelly Glover a demandé à son collègue conservateur de revoir les formules de financement pour les journaux francophones des communautés minoritaires, dans une lettre datée du 14 mai dernier.

La députée manitobaine s'inquiète que le Journal La Liberté ne doive fermer ses portes. Comme cela pourrait être le cas d'autres publications si aucune mesure spéciale n'est prise, estime-t-elle.

Auparavant, le gouvernement finançait Postes Canada pour la livraison du journal à ses abonnés. Un changement effectué ferait en sorte que le financement fédéral est directement versé au Journal, mais correspond à la moitié de la subvention auparavant accordée, explique la députée conservatrice de St-Boniface. Un coup dur pour l'hebdomadaire.

Dans une lettre un peu étonnante par son ton, car entre collègues du même parti, Mme Glover demande au ministre de «réfléchir à la valeur que représentent les journaux francophones pour les communautés minoritaires».

Sa missive était aussi envoyée à La Liberté et à l'Association de la presse francophone.

Elle n'a pas mâché son avertissement.

«Je peux vous assurer que la mort, infligée par un gouvernement conservateur d'un journal francophone qui va célébrer son 100ème anniversaire en 2013 serait une tache indélébile pour notre gouvernement et ce, pour des années à venir».

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) avait déjà interpellé en Chambre le ministre Moore au sujet du journal La Liberté et a récidivé mercredi. C'est aussi le NPD qui a distribué la lettre de Mme Glover.

«Le ministre du Patrimoine a décidé que les conservateurs n'avaient rien à foutre de la culture francophone dans les Prairies», a lancé aux Communes la députée néo-démocrate du Manitoba Niki Ashton.

«Le journal La Liberté va perdre 50 pour cent de son financement dans le cadre du programme d'aide aux publications. Si ce n'est pas une coupe, c'est quoi exactement?», a-t-elle demandé.

Le ministre James Moore s'est défendu d'avoir supprimé du financement.

«Les subventions pour cette publication sont basées sur une formule. (...) À l'avenir, on va certainement considérer des changements à la formule si on peut mieux faire les choses, sans doute», a-t-il répondu.

Selon Mme Glover, la perte du journal La Liberté «aurait des conséquences catastrophiques pour l'immigration, les centres communautaires, les écoles, la communauté artistique et à bien d'autres égards».

«C’est ça la voix de la Francophonie», a ajouté Mme Ashton à sa sortie des Communes au sujet de l'hebdomadaire.

PLUS:pc