NOUVELLES

Tunisie: un mort dans les violences de mardi à Sousse (est)

13/06/2012 07:12 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

Un jeune homme de 22 ans est décédé de ses blessures après avoir été atteint d'une balle dans la tête au cours d'affrontements mardi entre des groupes salafistes et les forces de l'ordre, a-t-on appris mercredi auprès de l'hôpital.

Fehmi El Aouini, décédé dans la soirée à l'hôpital, est le premier mort recensé de la vague de violences qui a secoué la Tunisie lundi et mardi. L'hôpital n'était pas en mesure de préciser s'il faisait partie des émeutiers.

Par ailleurs, 10 blessés dont quatre agents des forces de sécurité ont reçu mardi des soins à l'hôpital Fahrat Hached de Sousse, a précisé à l'AFP le directeur de l'établissement Fawzi Krayem.

Selon des sites internet tunisien, Fehmi El Aouini était originaire de Tataouine et faisait ses études à Sousse, la grande ville du Sahel tunisien.

Il aurait été atteint d'une balle pendant la dispersion par la police d'un rassemblement d'une cinquantaine de salafistes et de casseurs qui tentaient d'incendier un poste de police de la ville.

Selon la radio Mosaïque FM, quatre personnes ont été arrêtées suite à ces troubles.

Sousse fait partie des gouvernorats sous couvre feu depuis mardi soir, après la vague de violences qui a secoué plusieurs villes du pays où des émeutiers protestant contre une exposition d'art jugée offensante pour l'islam ont attaqué des postes de police et se sont affrontés aux forces de l'ordre.

Mardi à l'aube, des inconnus avaient lancé des coktail molotov sur le siège de l'Institut des Beaux Arts de Sousse, selon l'agence TAP.

Plus tard dans l'après-midi, des membres du courant salafiste s'étaient regroupés dans le centre ville pour protester contre "une atteinte aux valeurs du sacré" contenue selon eux dans l'exposition et des affrontements avaient éclaté avec la police.

nm-cf/jpc

PLUS:afp