NOUVELLES

Syrie: le Canada demande à la Russie de ne plus bloquer les sanctions de l'ONU

13/06/2012 03:15 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le premier ministre canadien Stephen Harper demande à la Russie de ne plus s'opposer aux tentatives des Nations unies pour imposer des sanctions au régime syrien «meurtrier» de Bachar el-Assad.

M. Harper a clairement identifié la Russie pendant la période des questions à la Chambre des communes, mercredi, demandant à ce pays de collaborer aux efforts de la communauté internationale pour imposer des sanctions contraignantes au régime Assad.

La Russie est un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et s'est opposée au recours à la force pour chasser Assad, tout comme aux résolutions portant sur des sanctions.

Le Canada tente de convaincre la Russie de cesser d'appuyer son allié de longue date au Moyen-Orient, dans le cadre d'un effort plus ambitieux dirigé par les États-Unis.

«Nous encourageons la Russie et les autres pays à se joindre à nous afin d'appliquer des sanctions contraignantes contre un régime qui est meurtrier», a déclaré M. Harper, qualifiant la situation en Syrie d'inacceptable pour les Canadiens et la communauté internationale.

Le premier ministre canadien a ainsi semblé faire allusion à la Chine, autre membre permanent du Conseil de sécurité qui soutient l'État syrien.

Plus tôt, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, avait questionné M. Harper à propos des tentatives diplomatiques d'influencer la Russie.

«Nous sommes tous témoins des horreurs qui se produisent en Syrie sous le régime Assad. Des enfants innocents sont désormais ciblés», a lancé M. Mulcair.

«Les Canadiens ressentent la douleur des Syriens.»

Un rapport des Nations unies publié en début de semaine accuse les forces du gouvernement et leurs armées d'agressions envers des enfants qui, pour certains, n'ont que neuf ans. Le document les accuse de tueries, de mutilations, d'arrestations arbitraires, de maintien en incarcération, de torture, de violence sexuelle et d'utilisation d'enfants comme boucliers humains.

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a prévenu plus tôt cette semaine que le conflit syrien pourrait se détériorer grandement, puisque la Russie aurait décidé de fournir des hélicoptères de combat au régime Assad.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, réfute cette information.

PLUS:pc