NOUVELLES

Projet d'usine à Casablanca: Bombardier ne paierait pas d'impôt pendant cinq ans

13/06/2012 03:49 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Si tout va comme prévu, la future usine de Bombardier Aéronautique au Maroc sera située près de Casablanca et ne paiera pas d'impôt pendant cinq ans.

Au début du mois, l'avionneur montréalais a déposé auprès des autorités marocaines un «dossier de demande d’agrément» pour s’implanter dans la zone franche de Nouaceur, près de l’aéroport Mohammed V, a rapporté la semaine dernière le site spécialisé français L'Usine nouvelle.

Cette zone franche, appelée MidParc, prévoit notamment pour les entreprises qui s'y installent un impôt sur les sociétés nul pendant les cinq premières années. Le taux d'imposition s'établit à 8,75 pour cent pour les 20 années suivantes — alors que le taux général est de 30 pour cent.

Le site web de MidParc précise que les entreprises situées en zone franche sont exonérées de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et des droits de douane. Selon L'Usine nouvelle, ces dispositions devraient permettre à Bombardier d'importer sa machinerie de production en franchise de droits.

De plus, le Maroc verse des subventions à la formation pouvant atteindre 6000 euros (7800 $) par employé et une contribution maximale de 1,8 million d'euros (2,3 millions $) pour l'achat d'équipement.

Au cours d'un entretien téléphonique, mercredi, Haley Dunne, porte-parole de Bombardier Aéronautique, a noté que les autorités marocaines n'ont pas encore approuvé la demande de l'entreprise et que par conséquent, cette dernière n'a pas encore acheté le terrain convoité.

D'ici 2020, Bombardier prévoit employer 850 personnes au Maroc. L'usine assurera l'«assemblage partiel de structures simples» à partir de 2013, avait indiqué la multinationale en novembre.

Il convient de préciser que des géants aéronautiques européens comme Safran, Thales et EADS sont déjà présents dans une autre zone franche de Nouaceur, le parc industriel Aéropôle.

L'action de Bombardier a clôturé à 3,88 $ mercredi, en hausse d'un cent, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc