NOUVELLES

Pas de guerre civile en Syrie, mais une lutte contre le terrorisme (MAE syrien)

13/06/2012 06:37 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

Le ministère syrien des Affaires étrangères a affirmé mercredi que la Syrie luttait contre le terrorisme, niant qu'elle était en situation de guerre civile, comme l'a suggéré la veille le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous.

"La Syrie n'est pas le théâtre d'une guerre civile mais elle lutte pour éradiquer le terrorisme et faire face aux assassinats, enlèvements et explosions", a indiqué le ministère dans un communiqué, ajoutant que les responsables de l'ONU se devaient d'être "neutres, objectifs et précis".

"Parler d'une guerre civile en Syrie n'est pas conforme à la réalité. Ce qui s'y passe est une guerre contre des groupes armés qui ont choisi le terrorisme pour parvenir à leurs objectifs et comploter contre l'avenir du peuple syrien", poursuit le communiqué.

Le ministère, qui se dit "étonné" par les déclarations d'Hervé Ladsous, affirme qu'il est du "devoir des autorités syriennes de faire face aux crimes et d'étendre leur contrôle sur tout le sol" syrien.

Les responsables de l'ONU doivent être "neutres, objectifs et précis en traitant avec les développements en cours en Syrie, notamment après le déploiement des observateurs de l'ONU dans la plupart des provinces de Syrie", a-t-il ajouté.

La Syrie réaffirme sa "volonté d'appliquer" le plan de sortie de crise proposé par le médiateur international Kofi Annan, et "la nécessité pour la communauté internationale, représentée par l'ONU, d'adopter une position ferme contre les crimes commis par les groupes armés", ajoute le communiqué.

Interrogé mardi par des journalistes pour savoir s'il pensait que la situation Syrie avait atteint le stade de la guerre civile, Hervé Ladsous avait répondu: "Oui, je pense que nous pouvons le dire. Ce qui se passe, c'est que le gouvernement syrien a perdu au profit de l'opposition de grandes parties du territoire et plusieurs villes, et qu'il veut en reprendre le contrôle".

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 14.100 personnes ont péri dans les violences en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime en mars 2011.

rm/vl

PLUS:afp