NOUVELLES

Les USA inquiets de la livraison de lance-missiles chinois à Pyongyang

13/06/2012 05:41 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

Washington a indiqué mercredi avoir exprimé son inquiétude auprès de la Chine au sujet d'une éventuelle livraison de véhicules lance-missiles à la Corée du Nord, révélée par le quotidien japonais Asahi Shimbun.

Selon le journal nippon, la Chine a livré quatre véhicules lance-missiles à la Corée du Nord en août 2011, en infraction aux résolutions des Nations unies qui interdisent la fourniture d'armement au régime de Pyongyang.

A Washington, la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, a déclaré que le sujet avait été évoqué avec Pékin "au cours des dernières semaines" mais n'a pas voulu donner plus de détails.

"Je dirais que nous avons fait part à la Chine de nos préoccupations au sujet des allégations selon lesquelles des entités chinoises auraient aidé le programme de missiles de la RPDC", la République populaire démocratique de Corée, a dit Mme Nuland, employant le nom officiel de l'Etat communiste.

"Nous continuerons à travailler avec la Chine et d'autres membres de la communauté internationale pour appliquer les sanctions de l'ONU contre le programme de missiles balistique et nucléaire de la Corée du Nord", a-t-elle poursuivi.

L'enquête de l'Asahi Shimbun évoque, sur la foi de sources gouvernementales anonymes, la livraison de véhicules WS-51200 à 16 roues, d'une longueur de 21 mètres, exportés par une filiale du groupe public China Aerospace Science and Technology Corp., fabricant d'engins spatiaux et de lanceurs.

Une telle vente représente une violation des résolutions de l'ONU, mais Washington, Tokyo et Séoul se sont gardés de faire de la publicité autour de cette affaire en espérant que la Chine ferait pression sur la Corée du Nord pour la convaincre de reprendre des négociations sur son programme nucléaire et la dissuader de procéder à un troisième essai nucléaire, ajoute le journal.

La Chine a de son côté démenti les informations de l'Asahi Shimbun.

"La Chine a fermement appliqué les résolutions en vigueur du Conseil de sécurité et ses propres lois et règlements sur le contrôle des exportations en vue d'une non-prolifération" des armes nucléaires, a affirmé le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Liu Weimin, interrogé sur l'article de l'Asahi. Il a ajouté "que les entreprises chinoises n'avaient pas exporté de produits interdits" par de telles mesures.

Interrogé sur la possibilité que ces exportations aient été réalisées via des sociétés de pays tiers, il n'a pas répondu.

Selon l'article, les véhicules ont été transportés par un navire sous pavillon cambodgien dont l'itinéraire, suivi par des satellites espions, est parti de Shanghai le 1er août pour arriver à Nampo, dans l'ouest de la Corée du Nord, trois jours plus tard.

Le navire s'est ensuite rendu à Osaka, au Japon, où des garde-côtes ont effectué une inspection à bord et découvert des documents détaillant les marchandises exportées, rapporte l'Asahi. A la suite de cette inspection, un rapport a été remis aux services de renseignement japonais.

En avril, le secrétaire américain à la Défense Léon Panetta avait déclaré être "sûr" qu'une aide chinoise avait été fournie à la Corée du Nord, répondant à un élu lors d'une audition au Congrès.

oh-sct/lor/eg

PLUS:afp