NOUVELLES

Le pétrole ouvre en baisse à New York, dans un marché nerveux avant l'Opep

13/06/2012 09:45 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en baisse mercredi à New York, dans un marché nerveux avant une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) tenue dans un climat d'inquiétudes croissantes pour la demande aux Etats-Unis et dans le monde.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet baissait de 81 cents par rapport à mardi à 82,51 dollars le baril sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le marché se dirige vers un autre mouvement de correction vers le bas, à l'approche de la réunion de l'Opep et alors que l'on sait que l'économie européenne se ralentit, que l'économie américaine perd du terrain, qu'il y a des risques de tous les côtés", et cet environnement pousse à la vente d'actifs jugés risqués et très liés à la croissance mondiale comme les matières premières, a expliqué Rich Ilczyszyn, de iiTrader.com.

Aux Etats-Unis, les courtiers ont ainsi accueilli avec inquiétude la publication dans la matinée des chiffres officiels des ventes au détail qui ont baissé aux Etats-Unis en mai pour le deuxième mois consécutif.

"Ces chiffres risquent de nous amener vers une révision à la baisse de la croissance au deuxième trimestre", ont commenté les économistes de RDQ Economics, ce qui accentuait les craintes des courtiers pour la demande en brut.

Le marché attendait également la réunion cruciale de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) mercredi et jeudi à Vienne.

Confrontés à la récente chute des cours du baril, les ministres des pays de l'Opep vont ainsi se retrouver à Vienne avec des visions très contrastées sur l'état du marché.

Plusieurs membres du cartel ont affiché leurs divergences, le Venezuela dénonçant, comme l'Iran, "la sur-production des pays du Golfe", alors que l'Arabie saoudite insistait sur la nécessité de bien approvisionner le marché.

Sur le plan de la demande, les investisseurs guettaient mercredi le rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie (DoE) sur les réserves du plus gros consommateur d'or noir au monde.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'un deuxième recul hebdomadaire consécutif des réserves de brut, en baisse de 1,6 million de barils, après avoir atteint en mai un record en 22 ans.

ppa/sl/mdm

PLUS:afp