NOUVELLES

Le Canada sera loin de ses objectifs de réduction des GES, dit une étude

13/06/2012 12:46 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le gouvernement fédéral ne voit aucune nécessité de réviser sa stratégie de lutte aux gaz à effet de serre (GES), en dépit de la publication d'une nouvelle étude — demandée par Ottawa — qui prévient que le Canada sera bien loin de la cible qu'il s'est fixée.

Le rapport de la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie a combiné toutes les mesures de lutte aux GES mises en place et planifiées par les gouvernements fédéral et provinciaux.

L'étude en vient à la conclusion que le Canada n'atteindra qu'environ la moitié de la cible qu'il s'était fixée pour 2020 — à savoir une réduction de 17 pour cent des émissions de GES, sous les niveaux de 2005.

«Le Canada n'atteindra pas ses objectifs de réduction des émissions de GES en 2020, à moins que de nouvelles mesures importantes ne soient adoptées, prévient le rapport. Il faudra faire plus. Aucune autre conclusion n'est possible.»

Pour atteindre cette cible, conclut le rapport, Ottawa devrait prendre la direction des efforts de lutte aux GES, collaborer étroitement avec les provinces et mettre en place de nouvelles mesures pour limiter les émissions, surtout en Alberta.

Un porte-parole du ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent, a estimé que le rapport confirme l'efficacité de l'approche du gouvernement. Adam Sweet a ajouté que M. Kent communique constamment avec les provinces pour s'assurer que les politiques mises en place sont complémentaires.

«Le fait que nous ayons déjà parcouru 50 pour cent du chemin appuie ce que nous disons depuis le début, a dit M. Sweet. Nous réalisons des progrès importants (...). Nous admettons qu'il faut faire plus. Nous l'avons toujours dit.»

Le gouvernement fédéral est actuellement à développer de nouvelles règles pour réduire les émissions du secteur des hydrocarbures, a-t-il ajouté. M. Sweet n'a toutefois pas précisé à quel moment les règles seraient adoptées, ni quel impact elles auraient sur les émissions.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) affirme de son côté que la décision du gouvernement conservateur de ne pas tenir compte des conclusions du rapport, combinée aux réductions imposées aux règles environnementales, démontre qu'il n'a aucune intention de respecter ses objectifs de réduction des GES.

«Si on est pour approuver des projets sans tenir compte des gaz à effet de serre — et c'est ce qui va se produire — alors il sera impossible de respecter quelque cible que ce soit, a dit le chef néo-démocrate Thomas Mulcair. Ils n'ont aucune intention de respecter ces cibles. Ils en sont incapables.»

Après plusieurs faux départs, le gouvernement fédéral a l'intention d'adopter plusieurs règles au cours des prochaines années, ciblant un par un tous les secteurs producteurs de GES. Les provinces ont adopté leurs propres stratégies, la Colombie-Britannique ayant mis en place une taxe sur les émissions carboniques et le Québec se dirigeant vers un système de plafond et d'échange.

Les provinces sont collectivement responsables de 75 pour cent des réductions réalisées à ce jour. Mais un manque de collaboration entre le fédéral et les provinces se traduira certainement par un dédoublement des règles ou par l'apparition de vides, a prévenu le rapport.

Un rattrapage est possible, a indiqué le président de la Table ronde, David McLaughlin, mais seulement à un coût élevé et grâce à une collaboration sans précédent entre les différents ordres de gouvernement.

PLUS:pc