NOUVELLES

L'avocate algérienne prête à remettre les vidéos de Merah au parquet de Paris

13/06/2012 06:53 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

L'avocate algérienne du père de Mohamed Merah, "le tueur au scooter" auteur de sept meurtres en France, a déclaré mercredi à l'AFP qu'elle était prête à se rendre en France pour remettre des vidéos-testament à la justice française, une fois reçue la demande officielle du parquet de Paris.

Ces enregistrements, qui n'ont pas été rendus publics, auraient été réalisés par Merah au moment où la police assiégeait son appartement de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, et sont cités à l'appui d'une plainte pour meurtre déposée lundi à Paris par les avocates de son père, Mes Zahia Mokhtari et Isabelle Coutant-Peyre.

Me Coutant-Peyre a affirmé qu'il revenait à sa consoeur algérienne de transmettre ces vidéos à la justice comme l'a demandé le parquet de Paris.

"Je n'ai reçu aucune correspondance officielle me demandant de remettre les vidéos. Je suis arrivée hier (mardi) à Alger et vais reprendre ce matin (mercredi) mes activités", a indiqué au téléphone Me Mokhtari.

Elle a assuré qu'elle allait téléphoner à sa consoeur dans la journée pour lui demander de lui transmettre la demande du parquet.

"Après, je vais me déplacer pour remettre une copie de ces vidéos à la justice française", a précisé Me Mokhtari qui a affirmé qu'il en existait des copies en France et en Algérie.

Elle a expliqué que Me Isabelle Coutant-Peyre n'était pas mandatée par un membre de la famille de Merah. "Juridiquement je n'ai pas le droit de lui laisser des documents ou des preuves", a-t-elle dit.

Mardi, le parquet de Paris a annoncé avoir demandé communication des enregistrements vidéo cités dans la plainte déposée par le père du jihadiste présumé, un jeune homme d'origine algérienne, abattu en mars en France par les forces de l'ordre après sa série de meurtres et visant implicitement la police française.

Le parquet a demandé par télécopie à Me Isabelle Coutant-Peyre, l'avocate en France du père de Mohamed Merah, la transmission des enregistrements évoqués dans la plainte.

Selon une transcription publiée mardi sur le site du journal algérien Echourouk, Mohamed Merah y aurait affirmé avoir découvert durant le siège de son appartement qu'un homme qu'il croyait être son ami était en fait un agent des services français qui l'aurait manipulé, l'incitant notamment à partir en Irak, au Syrie et au Pakistan.

amb/jlb

PLUS:afp