NOUVELLES

La tempête Don King déferle sur Montréal en vue du combat Cloud-Pascal

13/06/2012 01:12 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Si le combat de championnat du monde des mi-lourds de l'IBF entre Jean Pascal et Tavoris Cloud, qui sera disputé au Centre Bell le 11 août prochain, est aussi spectaculaire que la conférence de presse de mercredi, il ne faudra pas le manquer.

La présence du coloré Don King annonçait déjà un événement haut en couleurs. Sa prestation a assurément déjoué tous les pronostics.

Le vénérable promoteur de 80 ans en a mis plein la vue aux journalistes et badauds s'étant déplacés pour l'occasion, ponctuant les discours de tout un chacun de nombreux «Oh oui!», «Ça va bien!», «C'est fantastique!» en français, et faisant à chaque fois éclater de rire l'assistance. À n'en pas douter, King sait comment vendre un boxeur et un combat.

D'ailleurs, ce combat entre deux pugilistes explosifs et redoutables risque fort de divertir ceux qui se procureront des billets. Autant l'équipe du Groupe Yvon Michel, celle de Don King Promotions que celle de Showtime, qui présentera le gala en direct, ont parlé du possible combat de l'année 2012.

«C'est assurément le combat le plus attrayant chez les 175 livres», a noté Chris LeGentil, directeur des communications chez Showtime, qui a demandé à Bernard Hopkins d'agir comme analyste pour ce combat.

«Tout le monde parlera de ce combat, a pour sa part indiqué King. C'est l'occasion rêvée pour la division de revenir à l'avant-scène de la boxe.»

«Mon style et le style de Pascal font en sorte que le combat sera des plus intéressants, a dit Cloud. Mais ne vous faites pas d'illusions: je repars d'ici avec mon titre.»

«Thunder» Cloud (24-0, 19 K.-O.) n'a pas hésité une seconde à s'expatrier au nord de la frontière pour venir défendre la ceinture qu'il détient depuis le 28 août 2009.

«Ce fut très facile de prendre cette décision. En fait, je leur ai rendu la tâche facile. Quand j'ai entendu dire qu'ils tentaient d emettre sur pied ce combat, j'ai pris l'avion, j'ai quitté mon domicile et je suis allé signmer le contrat, a indiqué Cloud. De cette façon, ils (les gens du clan Pascal) n'auraient pas eu de raison pour ne pas accepter ce combat. Ce combat est le genre de combat que je recherche depuis mon premier jour chez les professionnels.»

Il n'a effectivement pas été facile de s'entendre pour ce combat: Yvon Michel, président de GYM, a amorcé les négociations avec King en novembre dernier et le contrat a été signé en mai.

De son côté, Pascal (26-2-1, 16 K.-O.) revient sur le ring après une absence de 15 mois et deux combats sans victoire face à Hopkins. Il a promis de devenir le deuxième Québécois à devenir champion du monde pour une deuxième fois, l'autre étant le regretté Arturo Gatti.

«Je suis finalement de retour, a lancé avec soulagement Pascal. Ce combat sera un grand spectacle. Ce sera un grand soir pour le Québec.

«Cet homme est dangereux, a-t-il dit en parlant de son adversaire. Mais ne va pas croire que tu vas te faire un nom à mes dépens, l'a-t-il prévenu. Je sais que je suis ta porte d'entrée vers des combats payants. Je retourne au sommet.»

Le Floridien de 30 ans a d'ailleurs confirmé qu'il s'agira du plus lucratif combat de sa carrière... sans toutefois dévoiler le montant qu'il touchera.

«On ne sait pas, a ajouté King, car on ne sait pas encore combien de billets seront vendus et combien de gens achèteront le combat à la télé à la carte.»

En demi-finale, Adonis Stevenson (18-1, 15 K.-O.) livrera un combat éliminatoire à la ceinture des super moyens de l'IBF — récemment acquise par Carl Froch aux dépens de Lucian Bute — contre un adversaire qui reste à être déterminé.

Un combat sous surveillance

Pour la première fois dans l'histoire de la boxe au Québec, les deux boxeurs ont accepté de se soumettre à un programme antidopage semblable à celui auquel doivent se soumettre les athlètes qui tentent de se qualifier pour les Jeux olympiques. Un organisme indépendant soumettra les boxeurs à des tests antidopage inopinés d'ici le gala.

PLUS:pc