NOUVELLES

La Syrie dénonce «l'ingérence» de Washington dans le conflit

13/06/2012 05:08 EDT | Actualisé 12/08/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - La Syrie a accusé les États-Unis d'ingérence mercredi, après que Washington eut exprimé son inquiétude de voir le régime de Bachar el-Assad perpétrer de nouveaux massacres de civils.

Dans un communiqué relayé par l'agence de presse officielle SANA, le ministère syrien des Affaires étrangères déplore que «l'administration américaine poursuive son ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie, soutienne ouvertement des terroristes et étouffe leurs crimes».

Washington avait accusé lundi le gouvernement syrien d'avoir recours à «de nouvelles tactiques atroces». La porte-parole du département d'État, Victoria Nuland, avait avancé que le régime «pourrait organiser un autre massacre» dans la région de Lattaquié.

La Syrie a par ailleurs nié être en état de guerre civile, estimant que le pays est confronté à «un conflit armé pour déraciner le terrorisme». Le gouvernement syrien réagissait au commentaire fait la veille par Hervé Ladsous, chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU. Le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé le «manque d'objectivité» des déclarations de M. Ladsous, les jugeant inexactes et loin de la réalité.

Les autorités syriennes sont confrontées à des groupes armés qui commettent «des meurtres, des enlèvements et d'autres actes terroristes», avance le ministère dans son communiqué.

Le ministre adjoint turc aux Affaires étrangères, Naci Koru, s'est dit préoccupé mercredi par la possibilité que le conflit syrien s'étende en Turquie.

Lors d'un entretien sur la chaîne de télévision publique TRT, il a refusé de commenter les accusations de la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, au sujet de l'envoi d'hélicoptères de combat de la Russie vers la Syrie, mais a affirmé que le conflit syrien était une question «concernant la sécurité de la Turquie».

D'après M. Koru, plus de 1400 réfugiés syriens sont arrivés en Turquie au cours des dernières 48 heures, pour un total de plus de 29 000 réfugiés depuis le début du conflit.

Sur le terrain, l'armée syrienne a repris le contrôle de la ville rebelle d'Haffa, après huit jours de bombardements et de violences, a annoncé la télévision officielle syrienne. Les autorités ont réussi à rétablir la sécurité et l'ordre dans la région d'Haffa et l'ont «nettoyée des groupes armés terroristes», affirme le gouvernement.

Trois travailleurs humanitaires ont été légèrement blessés mercredi quand leur convoi a été touché par l'explosion d'une bombe déposée au bord d'une route dans le nord de la Syrie, a annoncé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les blessés sont deux bénévoles du Croissant-Rouge syrien et un employé du CICR.

Leur convoi effectuait un déplacement entre Alep et Idlib lorsque l'explosion s'est produite. «Ils ont été transportés dans une structure médicale et leurs blessures sont légères», a déclaré un porte-parole de la Croix-Rouge, Hicham Hassan, à l'Associated Press.

PLUS:pc