NOUVELLES

Insatiable, la chaîne Dollarama se lance dans les produits à plus de 2 $

13/06/2012 09:13 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Déjà en forte croissance, Dollarama (TSX:DOL) élargira sa gamme de produits en août pour offrir des articles à 2,50 $ et à 3 $.

Depuis son entrée en Bourse en 2009, Dollarama offre des produits dont le prix oscille entre 1 $ et 2 $. Jusque-là, le prix maximum était de 1 $.

«On a eu beaucoup de succès avec la stratégie multiprix, qui nous a permis de devenir une destination plus pertinente pour un plus grand nombre de consommateurs canadiens», a souligné mercredi le chef de l'exploitation de Dollarama, Stéphane Gonthier, à l'issue de l'assemblée annuelle des actionnaires de l'entreprise montréalaise.

L'objectif n'est pas d'augmenter le prix de certains des produits déjà en magasin, mais plutôt d'en offrir de nouveaux, a insisté le dirigeant.

Il reste qu'à son premier trimestre, qui a pris fin le 29 avril, Dollarama a, pour la première fois de son histoire, vendu une majorité de produits à des prix de plus de 1 $ — 51 pour cent pour être plus précis. Au quatrième trimestre de l'exercice précédent, la proportion était de 50 pour cent, alors qu'il y a un an, elle était de 44 pour cent.

Dans une note publiée mercredi, Jim Durran, analyste financier chez Barclays, a bien accueilli la décision d'offrir des produits à plus de 2 $, mais il a estimé que la direction allait devoir faire preuve de prudence «afin de faire en sorte que les clients peu fortunés de Dollarama continuent de voir la bannière comme avantageuse en matière de rapport qualité/prix».

Résultats

La progression du nombre d'articles vendus à plus de 1 $ a une fois de plus contribué à la croissance de Dollarama au premier trimestre. Les profits nets du détaillant ont atteint 42,6 millions $ (56 cents par action), en hausse de 40 pour cent par rapport aux 30,4 millions $ (40 cents par action) dégagés il y a un an.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 50 cents.

Les ventes trimestrielles ont bondi de 15 pour cent pour atteindre 398 millions $. La hausse est attribuable à l'augmentation du nombre de magasins, qui est passé de 667 à 721 en un an, et à la croissance de 8,1 pour cent des ventes des magasins ouverts depuis au moins un an.

Dollarama, qui ouvre une cinquantaine de nouveaux magasins par année, profite des déboires d'autres détaillants. Par exemple, la disparition de Blockbuster et de Dumoulin Électronique a libéré des locaux intéressants pour la chaîne de magasins à rabais.

Cette relative abondance sur le plan immobilier rend inutile pour Dollarama le recours aux acquisitions.

«On a une bonne idée des chaînes de magasins présentes au Canada et à notre avis, après analyse du marché, il n'y a aucune cible qui semble intéressante», a commenté M. Gonthier.

En fait, la direction de Dollarama calcule qu'il est plus rentable d'ouvrir elle-même de nouveaux magasins que d'acquérir des chaînes existantes.

Par ailleurs, Dollarama dit ne pas sentir l'arrivée récente au pays, par le biais d'une acquisition justement, du géant américain Dollar Tree. Celui-ci exploite actuellement une centaine de magasins au Canada et prévoit en ouvrir une vingtaine d'autres cette année. Mais selon Dollarama, il y a assez de place pour tout le monde.

«On voit ça plutôt comme un catalyseur de croissance pour le segment des magasins à un dollar au Canada, a soutenu Stéphane Gonthier. Plus vous avez de joueurs 'sophistiqués' qui investissent un segment, plus le segment tend à croître parce que ça devient un segment plus séduisant qui attire davantage de consommateurs en provenance d'autres segments.»

L'action de Dollarama a bondi de 6,6 pour cent mercredi pour clôturer à 60,61 $, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc