NOUVELLES

Gaz à effet de serre: Ottawa peine à atteindre ses objectifs, selon une étude

13/06/2012 07:12 EDT | Actualisé 13/08/2012 05:12 EDT
Shutterstock

Le Canada est en voie de rater ses propres objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre de 17 % par rapport aux niveaux de 2005, d'ici 2020. Telle est la conclusion du nouveau rapport publié par la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie (TRNEE), qui évalue que le pays atteindra environ la moitié de sa cible.

Après s'être fait taper sur les doigts par le commissaire à l'environnement et au développement durable, le gouvernement fédéral doit maintenant encaisser le coup de cette autre étude qui met en doute l'atteinte de ses objectifs.

« On n'arrivera pas à cette cible. On fait des progrès, mais également, c'est tellement clair qu'on doit faire plus », affirme le président de la TRNEE, David McLaughlin.

Non seulement les progrès sont trop faibles, mais ces réductions de gaz à effet de serre prévues entre 2005 et 2020 sont surtout attribuables aux mesures prises non pas par le gouvernement fédéral, mais par les provinces.

Les mesures prises par les provinces comptent pour près des trois quarts des réductions des émissions estimées d'ici 2020. Le quart, seulement, découle des mesures fédérales existantes.

Néanmoins, les provinces, elles non plus, ne sont pas en voie d'atteindre leurs cibles. Seules la Nouvelle-Écosse et la Saskatchewan sont susceptibles d'y parvenir, alors que l'Ontario devrait les rater de peu.

Dans le cas de l'Alberta, la cible de la province est supérieure de 18 % à ses émissions de 2005.

L'Alberta est responsable de 34 % des émissions canadiennes, l'Ontario de 24 %, le Québec de 12 % et la Saskatchewan de 11 %. Les autres provinces produisent chacune moins de 10 % des émissions.

La Table ronde recommande une meilleure coordination entre les différents paliers de gouvernements. « Pour atteindre la cible de 2020, le Canada doit faire un choix, qui incombe principalement au gouvernement fédéral : soit chacun fait cavalier seul, soit tous travaillent de concert. Autrement dit, on maintient le statu quo ou on réglemente », propose le rapport.

Dernier rapport du TRNEE

Il y a quelques semaines, le ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent, promettait de faire mentir les pronostics et d'atteindre les objectifs fixés par son gouvernement. David McLaughlin ne demande pas mieux, mais prévient que plus le gouvernement tarde à prendre des mesures, plus il sera coûteux d'atteindre la cible.

« On perd du temps. La cible de 2020, ça presse. Et dans le domaine de changements climatiques, ça prend du temps pour les gouvernements de trouver les meilleurs moyens de réduire les émissions », explique-t-il.

Ironiquement, c'est le ministre de l'Environnement qui, l'an dernier, a commandé ce rapport. Ce sera l'un des derniers de la TRNEE, puisque le gouvernement de Stephen Harper a annoncé que son budget ne sera pas renouvelé.

Cet organisme, dont le mandat est de conseiller le gouvernement fédéral, a été créé en 1988 lorsque le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Mulroney dirigeait le pays.